Retour

Le Service de police d'Ottawa reçoit 1M$ pour lutter contre la radicalisation

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi l'octroi d'un million de dollars au Service de police d'Ottawa pour élargir un programme de prévention et d'intervention pour la lutte contre la radicalisation menant à la violence, qui était auparavant un projet pilote.

Il s'agit d'un financement qui s'échelonne sur quatre ans. Les sommes proviennent du Fonds pour la résilience communautaire, selon un communiqué du ministère fédéral de la Sécurité publique.

L’objectif de ce financement est d’améliorer l’accès aux services sociaux pour les personnes à risque, notamment celles susceptibles de radicalisation menant à la violence. Un autre but est d’élargir les travaux de prévention en la matière dans la capitale nationale.

Le sergent d’état-major au Service de police d’Ottawa, Anthony Skinner, voit d'un bon oeil cet investissement, qui permettra selon lui d'étendre la portée de la Table de prévention des risques d'Ottawa, nommée « Mérite ». Il explique que ces fonds serviront à évaluer les besoins locaux à former des intervenants de première ligne en plus de sensibiliser la population sur la question.

L'ajout du phénomène de la radicalisation menant à la violence au curriculum de la Table permettra de mieux former les intervenants et de mieux répondre aux besoins des personnes auprès de qui ils doivent intervenir.

« C’est important que le facteur de risque [de la radicalisation] soit ajouté et que la formation et la préparation de nos partenaires soit mise en place pour qu’on puisse faire une intervention qui sera un succès », a-t-il dit, soutenant vouloir mieux répondre aux besoins de ces personnes.

« Le programme TMPR (Tables multidisciplinaires de prévention des risques) d’Ottawa permettra aux policiers de collaborer avec la communauté afin de renforcer la résilience contre la radicalisation et de rendre notre ville plus sécuritaire », a pour sa part affirmé la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, au nom du ministre de la Sécurité publique.

« Ce financement appuiera l’élaboration d’une stratégie à l’échelle de la ville pour la prévention et la lutte contre la radicalisation et répondra aux besoins exprimés dans bon nombre de nos communautés afin de créer des outils efficaces qui appuieront les organismes partenaires pour faire le tri, évaluer, appuyer et recommander les personnes à risque », a soutenu Joan McKenna, chef adjointe par intérim du Service de police d’Ottawa.

Plus d'articles