Retour

Le stress post-traumatique reconnu comme trouble lié au travail en Ontario

Les pompiers, les ambulanciers et les policiers n'auront plus le fardeau de la preuve lorsqu'ils se disent victimes du syndrome de stress post-traumatique, selon une nouvelle loi ontarienne.

Les députés ont adopté, aujourd'hui, à l'unanimité le projet de loi qui reconnaît que, pour les travailleurs d'urgence, le stress post-traumatique est un problème lié à la profession.

Cela leur permettra d'être couverts automatiquement par la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail de l'Ontario.

Le stress post-traumatique peut engendrer de l'anxiété et même mener au suicide. Or, selon le gouvernement ontarien, les travailleurs d'urgence sont deux fois plus susceptibles que les autres de souffrir de ce trouble.

Réactions

Le chef conservateur Patrick Brown espère que la nouvelle loi permettra de sauver des vies.

De son côté, la députée néo-démocrate Cherri DiNovo, qui avait présenté cinq projets de loi privés à cet effet dans le passé, aimerait que les infirmières et les agents de probation, notamment, soient aussi inclus.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine