Retour

Le syndicat dénonce la hausse des mesures de confinement à la prison d’Ottawa-Carleton

Une importante pénurie de personnel a obligé les responsables du Centre de détention d'Ottawa-Carleton à garder les prisonniers confinés en cellule plus souvent ces six derniers mois qu'au cours de toute l'année 2014.

Selon le vice-président de la section locale 411 du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO), Scott Forde, cette situation épuise les gardiens de prison.

« Ce n'est pas drôle. Ce n'est pas quelque chose qu'on aime faire. C'est beaucoup plus de travail pour nos employés. Quand les prisonniers sont confinés dans leurs cellules, la charge de travail double », soutient le responsable syndical.

Les mesures de confinement ne sont pas nécessairement liées à des actes de violence.

Elles ont pour conséquence que les prisonniers passent plus de temps dans leurs cellules, avec un accès limité aux douches et aux téléphones. Certains programmes ne sont pas offerts et les visites peuvent être annulées.

« On se retrouve confronté à des prisonniers qui ne peuvent pas se laver, parler à leur famille ou à leurs avocats. Sans surprise, c'est vers les gardiens qu'ils dirigent leur colère », explique M. Forde.

Afin d'éviter des débordements, il soutient que les gardiens doivent assouplir certaines règles de sécurités ou « tourner les coins ronds », au risque de perdre leur emploi.

Le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels indique être au courant de la situation et tente d'engager plus d'employés, tout en travaillant avec les équipes actuelles pour améliorer les choses.

D'après un texte de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine