Retour

Le temps de glace est plus cher pour les équipes féminines de hockey que pour les garçons à Ottawa

Des équipes féminines de hockey d'Ottawa dénoncent le fait que le temps de glace est plus cher pour leurs équipes que pour les équipes masculines. Un comité de la Ville d'Ottawa recommande maintenant de changer la façon d'allouer l'accès aux patinoires.

Depuis 2002, la Municipalité répartit les glaces en fonction de l'historique des équipes. Par exemple, si une ligue de hockey comptait 200 joueurs en 2015, elle recevra le nombre d'heures de glace basé sur ce nombre en 2016.

Cette formule assure aux équipes déjà existantes qu'elles ne verront pas de temps de glace leur être retiré, selon la Ville. La répartition n'est cependant pas proportionnelle entre les équipes.

Ainsi, les équipes féminines de hockey, qui ont émergé dans les dernières années, ont très peu d'heures de glace à se répartir, ce qui est injuste, selon elles. Plus le hockey féminin est devenu populaire, moins les équipes avaient accès aux arénas.

Un rapport de la Ville d'Ottawa abonde dans le même sens et avance que la situation actuelle cause des inégalités quant à l'accès aux patinoires.

Des coûts inégaux

Le président de l'Association de hockey féminin d'Ottawa, Nalin Bhargava, affirme que le temps de glace devrait être réparti de façon égale entre les équipes féminines et masculines. Selon lui, les équipes de filles ont dû se tourner vers les glaces privées, ce qui leur coûte cher.

M. Bhargava rapporte que la location privée coûte de 320 $ à 330 $ de l'heure, alors que le temps de glace à la Ville revient à 162 $ de l'heure.

Il ajoute que ces dépenses signifient un coût supplémentaire de plus de 50 000 $ par année pour l'ensemble des équipes féminines d'Ottawa, soit 200 $ par famille, par année.

Une nouvelle formule

Le Comité des services communautaires et de protection de la Ville recommande de changer la formule d'allocation de temps de glace. Celle-ci serait basée sur le nombre de joueurs. La nouvelle formule d'attribution s'appliquerait non seulement aux arénas, mais aussi aux terrains de sport.

Elle ferait aussi en sorte de s'assurer que les joueurs s'entraînent dans des arénas de leur quartier. Présentement, des joueurs de Nepean peuvent être appelés à jouer à Gloucester et la Ville veut changer cette situation.

Nalin Bhargava se réjouit de cette idée.

De son côté, le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, affirme que ces changements sont importants pour que l'allocation du temps de glace soit plus égalitaire.

« On leur dit : "Vous allez compétitionner au même niveau, il n'y aura plus d'historique." On désavantage certains groupes qui avaient énormément de temps de glace, mais il faut donner un avantage aux sports qui ont une augmentation de participation », a-t-il déclaré.

Le conseil municipal d'Ottawa devra entériner la recommandation du comité des loisirs le 23 mars.

D'après les informations de CBC et de la journaliste Geneviève Garon

Plus d'articles