Retour

Le temps presse pour le Centre d’information juridique d’Ottawa

L’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) est en attente de nouvelles du gouvernement fédéral, ces jours-ci, quant à l’avenir de son projet pilote de Centre d’information juridique à Ottawa, le premier du genre en Ontario.

C’est que le financement du projet, qui avait été accordé pour quatre ans, vient à échéance le 31 mars. L’organisme espère que le projet pilote deviendra permanent et qu’un nouveau centre satellite pourra ouvrir ses portes à Sudbury.

Le service s’adresse toutefois à toute la population, peu importe la langue parlée. Selon la directrice générale de l’AJEFO, Andrée-Anne Martel, 30 % des utilisateurs du Centre choisissent d’être servis en français.

Les Ontariens qui ne sont pas admissibles à l’aide juridique et qui n’ont pas les moyens de se payer les services d’un avocat ou d’un parajuriste peuvent y avoir accès.

En trois ans, le Centre est venu en aide à 5400 personnes, précise la directrice, qui ajoute que la demande est en hausse. « Où iraient ces gens s’ils n’allaient pas au Centre d’information juridique? » s’interroge-t-elle.

Le Centre a reçu un financement d’un peu plus de 1,5 million de dollars pour 4 ans, de 2014 à 2018.

Par courriel, un porte-parole du ministère de la Justice du Canada, Simon Rivet, précise que la demande de financement du Centre sera étudiée attentivement. Il ajoute que le ministère est en période de renouvellement pour le Fonds d’appui à l’accès à la justice dans les deux langues officielles, pour un financement de 5 ans, de 2018 à 2023.

Avec les renseignements de Claudine Richard

Plus d'articles