Retour

Le travailleur de rue Léon Cardin sauvé par le CISSS de l'Outaouais

Le seul travailleur de rue qui sillonnait le Vieux-Hull les soirs et le week-end a finalement conservé son emploi.

Le poste de Léon Cardin devait disparaître le 31 mars dernier. Son modeste salaire était assuré par un fonds spécial de lutte à la pauvreté qui n'a pas été renouvelé par Québec.

Le gouvernement promet qu'une autre forme d'aide financière sera éventuellement présentée pour aider les plus démunis.

Mais la crainte de perdre entre-temps l'expertise et la présence de Léon Cardin a fait réagir la communauté du Vieux-Hull, car c'est à lui que les résidents font appel le soir et les fins de semaine quand ils sont en crise.

« Même monsieur le ministre m'a dit : c'est qui ça Léon? », rigole la députée de Hull, Maryse Gaudreault. « Pour lui, c'était un signal très fort de la communauté de voir que Léon était un partenaire très important pour les plus démunis dans la région. »

La campagne de solidarité mise en place par le quartier pour réclamer le maintien en poste de l'ex-toxicomane a été visiblement entendue par les élus.

D'ici à ce que Québec annonce une nouvelle forme d'aide pour lutter contre la pauvreté, c'est le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, qui versera le salaire du travailleur social.

Une mobilisation s'était créée sur Facebook pour dénoncer l'arrêt du financement du programme.

« Sauvons Léon », une page rejoignant 200 adeptes, invitait les citoyens à appeler au bureau de la députée de Hull afin de presser Maryse Gaudreault d'agir dans le dossier.

Plus d'articles

Commentaires