Retour

Légalisation du cannabis : le cas particulier d'Ottawa et Gatineau

En vue de la légalisation de la marijuana, il revient à chaque province d'établir ses normes. Dans la région frontalière d'Ottawa-Gatineau, un manque d'uniformité pourrait-il causer des problèmes, comme cela a été le cas avec l'alcool?

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair, correspondant parlementaire à Ottawa

Bien des gens dans la région d’Ottawa et de Gatineau s’en souviennent. Dans les années 1980 et 1990, les politiques moins restrictives en matière d’alcool poussaient beaucoup de jeunes Ontariens à passer leurs soirées du vendredi et du samedi à Hull.

Une situation qui a entraîné son lot de bagarres et de débordements.

Un âge minimum différent

Une différence majeure persiste. Au Québec, l’âge minimum requis pour se procurer de l’alcool est de 18 ans, il est de 19 ans en Ontario.

Une exigence qui sera la même dans le cas du cannabis.

L’enjeu a été abordé mardi, à la rencontre des premiers ministres qui s’est tenue à Ottawa.

« Il faut que ce soit cohérent », a déclaré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, en parlant de l’importance de regarder la direction que prennent ses voisins, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick.

La première ministre ontarienne Kathleen Wynne, de son côté, n’anticipe pas de difficultés.

Selon l’universitaire Marc Brosseau, si la plus grande différence entre le Québec et l’Ontario est l’âge légal, il y a peu de chance que la région de la capitale nationale revive les excès du passé.

Il estime toutefois que certains autres facteurs, comme la possibilité ou non de consommer dans les lieux publics ou encore l’heure d’ouverture des points de vente, pourraient avoir un impact.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine