Retour

Les 7 dates qui ont mené au procès de deux libéraux ontariens

Le procès très attendu de l'organisateur libéral, Gerry Lougheed, et de l'ancienne chef de cabinet, Patricia Sorbara, tous les deux accusés de corruption en vertu de la loi électorale, s'est ouvert le 7 septembre à Sudbury, dans le Nord de l'Ontario. Retour sur ce scandale politique qui hante le parti de Kathleen Wynne depuis 2015.

Un texte de Natacha Lavigne

20 novembre 2014 — Démission surprise de Joe Cimino

Le député néo-démocrate de la circonscription de Sudbury quitte la vie politique pour des raisons familiales cinq mois à peine après les élections ontariennes.

M. Cimino avait défait le candidat libéral Andrew Olivier par moins de 1000 voix.

Avant l’élection de Joe Cimino, la circonscription a été détenue par des libéraux pendant 19 ans.

16 décembre 2014 — Coup de théâtre : Glenn Thibeault passe dans le camp des libéraux

Celui qui était président du caucus national du Nouveau Parti démocratique (NPD) annonce qu’il sera candidat à l'élection partielle provinciale de Sudbury sous la bannière libérale.

Alors qu’il s’agit d’un tour de force pour Kathleen Wynne, la décision du transfuge représente un coup dur pour le NPD fédéral alors dirigé par Thomas Mulcair.

La nomination controversée devient un enjeu majeur de l’élection partielle.

15 janvier 2015 — Andrew Olivier rend publics des enregistrements

Le candidat indépendant dévoile les enregistrements de conversations qu’il a eues avec Patricia Sorbara et Gerry Lougheed.

Il explique qu’en raison de sa quadriplégie, il enregistre toutes ses conversations importantes.

Il affirme avoir été approché par l’organisateur libéral Gerry Lougheed et d’autres membres du parti, qui lui auraient proposé un poste au sein de l’équipe s’il se ralliait au prochain candidat.

Selon ses dires, la première ministre lui aurait dit lors d'une conversation téléphonique qu’elle avait une vision pour Sudbury et qu’il n’en faisait pas partie.

Lors de l’échange, Gerry Lougheed annonce que le député fédéral Glenn Thibeault accepte de représenter les libéraux provinciaux, à condition qu’il soit désigné comme candidat sans opposition.

Gerry Lougheed réfute ces allégations, affirmant ne pas avoir l’autorité pour faire de telles propositions.

La première ministre nie aussi avoir proposé un emploi au candidat.

La Police provinciale de l’Ontario confirme avoir des « documents contenant des enregistrements » quelques semaines plus tard.

5 février 2015 — Glenn Thibeault remporte l’élection partielle provinciale

Le candidat libéral reprend la circonscription de Sudbury. La néo-démocrate Suzanne Shawbonquit arrive deuxième.

24 septembre 2015 — Des accusations criminelles contre Gerry Lougheed

L’affaire se retrouve devant les tribunaux à la suite d’une longue enquête de la PPO.

L’organisateur libéral et homme d’affaires de Sudbury est accusé d’avoir influencé ou d’avoir négocié une nomination et d’avoir conseillé une infraction qui n’est pas commise.

Gerry Lougheed continue de clamer son innocence et démissionne temporairement de la présidence de la Commission des services policiers du Grand Sudbury et de son poste de chancelier à l’Université Huntington. Aucune suite ne sera finalement donnée à ces accusations criminelles.

1er novembre 2016 — Dépôt de nouvelles accusations

Commotion au sein des libéraux, alors que la PPO dépose des accusations de corruption en vertu de la loi électorale contre Gerry Lougheed et Patricia Sorbara.

La directrice de campagne du Parti libéral de l’Ontario quitte ses fonctions, mais se dit « choquée » par la teneur de ces allégations.

Tandis que Gerry Lougheed doit répondre à un chef d'accusation de corruption, Mme Sorbara fait face à deux chefs, dont celui d’avoir promis un poste à Glenn Thibeault afin qu’il se porte candidat libéral.

21 novembre 2016 — Déclaration-choc à l’égard de Glenn Thibeault

Le procureur de la Couronne impliqué dans le dossier Vern Brewer, allègue que le député de Sudbury devenu ministre de l'Énergie « cherchait à obtenir certains bénéfices, emplois ou une position comme condition pour devenir candidat. »

Il réitère toutefois que Glenn Thibeault ne sera pas accusé, car s’il est illégal d’offrir un pot-de-vin, il est permis de l’accepter.

L’avocat de Glenn Thibeault est furieux et affirme que la Couronne a choisi de « salir la réputation de [son] client » et que celui-ci ne pourra dûment se défendre puisqu'il n’aura pas de procès.

Me Brewer présentera ses excuses le mois suivant.

À Queen’s Park, les partis d’opposition réclament sa démission ou son retrait temporaire du cabinet Wynne.

Glenn Thibeault n’en fera rien.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine