Retour

Les agriculteurs de l'Est ontarien espèrent de la pluie

Le temps chaud et sec des dernières semaines cause des maux de tête aux agriculteurs de l'Est ontarien, dont les cultures ont grandement besoin d'eau.

« Selon les régions et les types de sol, il y a des régions où c'est particulièrement critique », précise le directeur de l'Union des cultivateurs franco-ontariens, Simon Durand.

Même si certains champs sont couverts de plants verts, la situation peut être trompeuse, notamment pour la culture du maïs et du soya. « On peut avoir de très gros plants, mais la plante a consacré toute son énergie à survivre et à développer le plant, mais il ne reste plus d'énergie pour produire le grain », explique M. Durand.

Les producteurs espèrent que Dame Nature sera de leur côté à temps pour la dernière récolte de foin, afin d'engranger suffisamment de fourrage pour nourrir les vaches laitières. La deuxième coupe de foin, qui vient d'être faite, a été catastrophique, selon l'Union des cultivateurs.

Pour le moment, M. Durand estime que la situation n'est pas aussi critique que celle vécue il y a quelques années, alors que les agriculteurs avaient dû faire venir du fourrage de l'Ouest canadien. Toutefois, le prix du foin a déjà doublé, selon Simon Durand.

Plus d'articles

Commentaires