Retour

Les bandes cyclables partagées dans la mire d'Ottawa

La Ville d'Ottawa envisage d'aménager un nouveau type de voie cyclable sur l'avenue Byron, ce qui pourrait être une première au pays.

Dans le cadre d'un projet pour ralentir la circulation sur cette route, la Municipalité étudie la possibilité d'installer des bandes cyclables partagées sur des parties de l'avenue, entre la promenade Island Park et l'avenue Sherbourne.

Ce type de voie permet aux automobilistes de dévier dans les voies cyclables afin d'éviter les véhicules venant en sens inverse.

Si ce projet va de l'avant, Ottawa deviendrait l'an prochain la première ville au Canada à se doter de telles voies cyclables.

La Municipalité pourrait aussi installer de ce type d'infrastructure le long de la 5e avenue dans le Glebe.

Que sont les bandes cyclables partagées ?

Les bandes cyclables partagées sont utilisées en Europe depuis des années. Plus récemment, elles ont aussi été aménagées dans quelques villes américaines, à des endroits où les rues sont trop étroites pour accommoder à la fois la circulation à deux sens et des voies cyclables.

Les bandes cyclables partagées ressemblent beaucoup à des voies cyclables traditionnelles, mais elles sont séparées de la voie de circulation par une ligne de tirets (plutôt qu'une ligne pleine).

Toutefois, ce qui attire l'attention, c'est que la chaussée entre les voies cyclables est trop étroite pour que deux véhicules puissent y circuler. Il n'a pas de ligne centrale, puisqu'il n'y a pas suffisamment d'espace pour deux voies de circulation. Lorsque des automobilistes circulant en direction opposée se rencontrent, ils doivent empiéter sur la voie cyclable tout en cédant d'abord le passage aux cyclistes.

Ce type de voie cyclable ne peut donc être utilisé que sur des routes peu achalandées où la limite de vitesse est basse.

Scepticisme et résistance

Comme ce fût le cas avec les voies cyclables réservées sur l'avenue Laurier et les pistes cyclables de l'avenue Churchill, ce projet soulève des critiques.

Selon Grant McSheffrey, un résident du secteur de l'avenue Byron et membre du groupe Iona Hampton Community, les nouvelles infrastructures pour les cyclistes sont souvent sujettes à la controverse. Le citoyen, qui utilise vélo et automobile pour se déplacer, estime que les bandes cyclables partagées pourraient être avantageuses sur certaines sections de l'avenue Byron. Il s'attend toutefois à de la résistance de la part de certains citoyens.

Même certains employés municipaux concèdent que l'idée peut sembler inquiétante de prime abord.

« Il y avait beaucoup de résistance au départ », souligne Kornel Musci, gestionnaire de programme au département des transports de la Ville.

Il précise que plusieurs villes ont implanté ce système avec succès. M. Musci ajoute que dans des centaines de rues résidentielles de la ville, les automobilistes et les cyclistes doivent déjà composer avec des rues étroites et se partager la voie.

« Les bandes cyclables partagées ne font qu'officialiser des règles implicites, tandis que les lignes peintes aux sols rappellent aux automobilistes l'espace qu'ils doivent laisser aux cyclistes [traduction libre] », soutient le gestionnaire de programme.

Les prochaines étapes

Le projet en est encore à ses débuts à la Ville d'Ottawa, mais jusqu'à maintenant, il permet le stationnement en bordure de rue en direction sud.

La Ville entend consulter la population sur ce projet. Les résidents sont d'ailleurs invités à remplir un sondage en ligne.

Une étude et des recommandations devraient être soumises à la Municipalité d'ici l'été. Si la Ville va de l'avant avec le projet, les bandes cyclables partagées pourraient voir le jour le printemps prochain.

Avec CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine