Retour

Les bars du secteur de Hull pourraient ouvrir jusqu'à 3 h

EXCLUSIF - Près de 21 ans après avoir harmonisé les heures d'ouverture des bars hullois avec ceux d'Ottawa, le conseiller Cédric Tessier se prépare à proposer à la Ville de Gatineau de piloter un projet permettant aux tenanciers de ce secteur de servir de nouveau de l'alcool jusqu'à 3 h, cet été.

Un texte de Valérie Lessard

Cédric Tessier entend ainsi respecter la promesse électorale faite aux propriétaires de bars de la rue Laval, entre autres.

Une bonne nouvelle pour les tenanciers

La nouvelle réjouit les tenanciers du secteur, qui sont depuis plus de 20 ans les seuls au Québec à devoir fermer leurs portes à 2 h.

Pour le propriétaire du Quatre-Jeudis et du Pizzaza, Alexandre Leblanc, il s'agit d'une question d'équité.

« Au-delà de l'avantage financier, parce qu'on ne se le cachera pas, il y en a quand même un si on peut vendre de la boisson une heure de plus, pour moi, le plus important, c'est la vision que les gens ont du secteur. En leur disant qu'il y a une heure de moins ici, ça envoie un message sous-entendu qu'il y a une problématique à régler », fait valoir Éric Gaudreault, propriétaire du Troquet et membre du conseil d'administration de Vision Centre-ville.

L'accord de la province nécessaire?

La Ville de Gatineau devra d'abord s'assurer de pouvoir aller de l'avant avec un tel projet pilote.

« Une des questions pour lesquelles on n'a pas encore toutes les réponses, c'est justement de savoir si c'est seulement la Ville qui peut prendre cette décision toute seule ou s'il faut avoir l'accord de la province », nuance Cédric Tessier.

« Mais l'idée d'un projet pilote, c'est de pouvoir répondre aux craintes et s'assurer qu'on ne retourne pas à la situation des années 1990. Et si jamais ça ne se passe pas bien, [...] et bien, c'est assez simple : on n'ira pas de l'avant pour rendre permanente l'idée d'ouvrir les bars jusqu'à 3 h », renchérit le conseiller.

Éric Gaudreault est quant à lui convaincu que la situation est beaucoup plus calme aujourd'hui qu'à l'époque et que le temps est donc venu de modifier le règlement.

Claude Bonhomme et l'assainissement de la promenade du Portage

Dans les années 1990, l'ex-conseiller municipal de l'ancienne Ville de Hull Claude Bonhomme avait fait de l'assainissement de la promenade du Portage son cheval de bataille. Les nombreuses bagarres à la sortie des débits de boisson, à l'époque où plusieurs anglophones traversaient la rivière des Outaouais à 1 h pour poursuivre la fête jusqu'à 3 h du côté du Québec, avaient donné une réputation fort peu enviable au Vieux-Hull.

Politique de tolérance zéro, Comité du renouveau de la promenade du Portage, rachat d'un bar, moratoire sur l'ouverture de nouveaux débits de boisson dans Hull : les nombreuses démarches de Claude Bonhomme pour redorer le blason du secteur ont notamment mené à une harmonisation officielle des heures d'ouverture de bars hullois et ottaviens en février 1997.

Des 22 bars et discothèques qui avaient pignon sur rue en 1991, il n'en restait plus que sept en 1998, au moment où le conseiller s'est retiré du dossier. Aujourd'hui, une quinzaine d'établissements ont un permis de boisson de la Ville, dans tout le Vieux-Hull.

« M. Bonhomme a bien fait son travail. Il n'a pas fermé plusieurs établissements qui ne méritaient pas de se faire fermer. Cela étant dit, son travail a été fait. Bravo, M. Bonhomme. On passe au prochain appel », conclut Éric Gaudreault, du Troquet.

Avec la collaboration de Jean-François Chevrier

Plus d'articles