Retour

Les Canadiens abandonnent leur rôle de négligés au volleyball

Les mots « Canada » et « puissance mondiale » n'ont pas été utilisés souvent dans la même phrase en parlant du volleyball masculin dans les dernières décennies. Les performances de l'équipe nationale forcent toutefois les autres formations à lui porter une attention particulière.

Un texte de Kim Vallière

« On n’est plus les négligés », affirme d’entrée de jeu Nicholas Hoag, un attaquant de l’équipe canadienne, maintenant classée sixième au monde. Il a rêvé à ce moment depuis ses débuts dans le système mis en place par Volleyball Canada.

Avec sa cinquième place aux Jeux olympiques de Rio et sa médaille de bronze en Ligue mondiale de volleyball, les attentes deviennent maintenant plus élevées pour les Canadiens.

« La pression, elle est très importante pour maintenir la motivation », explique Stéphane Antiga, l’entraîneur-chef de la formation. « Tous les athlètes et les membres du personnel sont ambitieux et on ne veut pas s’arrêter là. »

Le club quittera Gatineau samedi pour participer à un tournoi amical en Pologne pour se préparer en vue du Championnat NORCECA en septembre, à Colorado Springs, aux États-Unis. La compétition sert de qualifications pour le Championnat du monde, qui se dérouleront en 2018.

« On espère revenir des NORCECA avec une médaille et ensuite on vise une demi-finale au Championnat du monde », mentionne Antiga, qui a pris le relais de Glenn Hoag à la tête de l’équipe en décembre 2016.

Le Français a occupé des fonctions similaires avec la formation nationale de la Pologne, avant d’être engagé par Volleyball Canada. L’entraîneur de 41 ans croit qu’il a sous la main un groupe de joueurs bien balancé, qui lui permettra de poursuivre sur la lancée de la dernière année.

« Il y a des jeunes joueurs qui ont intégré l’équipe, il y a de très bonnes surprises », commence-t-il, en parlant notamment de Sharone Vernon-Evans, un attaquant de 18 ans qui a été appelé à remplacer l’attaquant en puissance Gavin Schmitt, après sa retraite du volleyball international.

Antiga souhaite voir ses protégés continuer leur développement dans les compétitions internationales et dans leur club respectif en Europe, pendant l’hiver. Un élément essentiel pour la pérennité du succès des volleyeurs canadiens, en ce début du nouveau cycle olympique.

Plus d'articles

Commentaires