Retour

Les Canadiens dépensent plus pour les données sur leur cellulaire et Internet

Les Canadiens dépensent de plus en plus pour leurs services de communications, une tendance expliquée par la hausse des dépenses pour les services sans fil et Internet en raison de la popularité croissante de services de diffusion en ligne comme Netflix.

Dans un rapport publié jeudi, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a indiqué que les ménages ont dépensé en moyenne 203 $ par mois en 2014 pour leurs services de communications, une hausse d'environ 12 $ par mois (6,2 %) par rapport à 2013.

Les services sans fil et Internet sont principalement responsables de cette hausse, avec des augmentations respectives de 14 % et 10 %, a indiqué le CRTC dans la première section de son rapport sur l'état de l'industrie canadienne des communications.

Selon le CRTC, les prix des forfaits pour les services de téléphone, de télévision et Internet sont supérieurs à l'inflation de 2 %.

Déclin des services téléphoniques terrestres

Le CRTC a aussi indiqué que, pour une première fois, les Canadiens s'abonnent plus exclusivement aux services sans fil mobiles qu'exclusivement aux services téléphoniques terrestres.

Plus de télévision en ligne

Et au cours des cinq dernières années, le pourcentage de Canadiens qui ont accès à une vitesse de téléchargement de cinq mégaoctets par seconde (Mo/s) a augmenté de 86 % à 96 %.

La transition vers les services vidéos en ligne a été rapide, alors que le taux d'abonnement à Netflix parmi les personnes âgées de 18 à 34 ans est passé de 7 % en 2013 à 24 % en 2014 chez les francophones et de 29 % à 58 % au cours de la même période chez les anglophones.

Les Canadiens âgés de 18 à 34 ans ont passé seulement 20 heures par semaine à regarder la télévision traditionnelle, comparativement à 42 heures chez les Canadiens de 65 ans et plus.

Encore beaucoup de chemin à faire

OpenMedia.ca, un organisme sans but lucratif de défense des droits des consommateurs, a déclaré que le rapport démontre que le Canada « a encore du chemin à faire pour offrir des solutions abordables en matière de télécommunications ».

« Encore une fois, (le rapport) confirme que les Canadiens continuent de payer parmi les prix les plus chers du monde industrialisé, particulièrement pour les services sans fil », soutient le groupe.

M. Tabish a noté que le résultat de ces prix était que seulement deux tiers des résidents à faibles revenus au Canada avaient des téléphones cellulaires, comparativement à 96 % des résidents à revenus élevés. L'écart est de 59 % contre 98 % en ce qui concerne l'accès à Internet entre les deux classes.

Lors des prochaines semaines, le CRTC publiera des données concernant le secteur des télécommunications, suivies de renseignements au sujet du secteur de la radiodiffusion.

Plus d'articles

Commentaires