Retour

Les candidats ont débattu en français à Orléans

Les quatre candidats de la circonscription d'Ottawa-Orléans ont pris part à un débat, mardi soir, organisé par le Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO), le tout dans une ambiance détendue, mais studieuse.

Un texte d'André Dalencour

Devant une assistance d'approximativement 140 personnes, dont une majorité d'aînés, les candidats ont développé leurs visions et celle de leur parti sur des thèmes locaux, comme l'emploi dans l'est de la ville, le transport en commun avec le train léger et la francophonie.

Lors de ce débat, qui a duré une heure et demie, ils ont aussi abordé des questions d'ordre national comme l'économie, la culture, les médias et les infrastructures.

Le député conservateur sortant, Royal Galipeau, a expliqué qu'il avait l'intention de faire d'Orléans la capitale mondiale de la cybersécurité.

« Pendant très longtemps, les gens d'Orléans étaient jaloux des succès économiques de l'ouest d'Ottawa. À mon avis, on doit bâtir sur les atouts que nous avons. Et les atouts que nous avons dans l'est d'Ottawa, ce n'est pas la téléphonie, c'est la sécurité nationale », a-t-il indiqué. Selon lui, c'est un domaine embryonnaire, mais qui a beaucoup d'avenir.

Le candidat du Parti libéral, Andrew Leslie, a déploré pour sa part la décision des conservateurs de déménager 3300 employés de la Défense nationale dans les anciens bureaux de Nortel, à Kanata. Il craint que cela n'entraîne une diminution de la concentration des francophones dans l'est.

« Nous avons une qualité de vie qui est super, alors pourquoi pas à Orléans? C'est une question que je vais poser si je suis élu et je vais travailler très fort pour m'assurer qu'on puisse amener un département fédéral ici », a-t-il affirmé avec conviction. Cet engagement ferme lui a d'ailleurs valu des applaudissements nourris dans la salle.

Au chapitre du transport en commun, la candidate néo-démocrate, Nancy Tremblay, a expliqué qu'elle souhaitait que le train léger se rende jusqu'au chemin Trim dès la phase 2 du projet, dans la mesure où les travailleurs et les machineries lourdes seront déjà présents dans le secteur.

« Pour l'extension jusqu'au chemin Trim, c'est 160 millions de dollars de plus. Ce n'est pas beaucoup, quand on regarde ce qu'on fait. Alors, ça a plus de sens d'y aller et de foncer dès la première fois », a-t-elle déclaré. Tous les autres candidats ont affirmé qu'ils étaient en faveur d'une telle façon de procéder, mis à part Royal Galipeau qui a précisé qu'il attendrait que la Ville d'Ottawa fasse sa demande de financement pour la phase 3.

Le candidat du Parti vert, Raphaël Morin, a pour sa part insisté sur l'importance de prioriser le développement durable et la filière biologique en matière d'économie. Il propose aussi d'ajouter des pistes cyclables dans l'est d'Ottawa, afin de favoriser le transport actif.

« Les pistes cyclables sont un moyen très efficace de voyager et ça n'émet aucune pollution. Ça pourrait encourager une vie active, qui pourrait bénéficier à la productivité de nos citoyens », est-il persuadé.

M. Morin a cependant mentionné qu'il regrettait que l'éradication de la pauvreté et le soutien aux Premières Nations n'aient pas été abordés lors du débat.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine