Retour

Les chargés de cours de l'UQO ratifient l'entente avec la direction

Les chargés de cours de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) ont voté dimanche après-midi en faveur de l'entente conclue entre leur syndicat et la direction de l'établissement.

Les membres du syndicat qui représente les 700 chargés de cours des campus de Gatineau et de Saint-Jérôme ont voté à 93,5 % en faveur de l'entente conclue le 27 janvier.

Le porte-parole de l'UQO, Gilles Mailloux, a salué l'entérinement de l'entente et la « bonne foi » des deux parties pendant les négociations.

La présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l'UQO (SCC-UQO), Marie-Josée Bourget, s'est également réjouie de la nouvelle et a rapporté un taux de participation record pour le vote.

Elle admet toutefois que ses membres n'étaient pas particulièrement enthousiastes face à l'offre proposée.

« Je pense que les gens ont vu que l'UQO était en situation financière difficile. Ils se sont dit qu'on était mieux de travailler ensemble pour les prochaines années et d'aller plus loin lors d'une prochaine convention collective », a expliqué Mme Bourget.

Les chargés de cours ont obtenu une augmentation salariale de 8% sur cinq ans, alors qu'ils avaient demandé 13,5% sur trois ans.

« C'est vraiment une grosse différence », a lâché la présidente du Syndicat, qui a également souligné que la convention collective serait en vigueur pour cinq ans au lieu de trois.

En novembre dernier, les chargés de cours s'étaient dotés d'un mandat d'exercer des moyens de pression allant jusqu'à la grève illimitée.

Selon Mme Bourget, ils s'apprêtaient à débrayer lorsqu'un terrain d'entente a finalement été trouvé.

« On avait nos locaux de grève, nos pancartes, les indemnités de grève étaient votées, tout était prêt », a-elle affirmé.

Solidaires avec les professeurs

Notons que le Syndicat des professeures et des professeurs de l'UQO est également en pourparlers avec la direction, leur contrat de travail étant échu depuis le 30 avril 2015.

Les professeurs ont déjà débrayé trois fois et une assemblée générale syndicale doit avoir lieu dans la semaine du 12 février.

« Nous sommes solidaires avec les profs et nous allons les soutenir jusqu'à ce qu'il y ait une entente raisonnable entre eux et l'UQO », a affirmé la présidente du SCC-UQO.

Le porte-parole de l'UQO espère lui aussi qu'une entente sera conclue. Une rencontre entre les deux parties devrait avoir lieu mardi après-midi, selon lui.

« C'est le conciliateur qui va mener les discussions. On espère qu'il y ait un rapprochement, comme ça a été le cas avec les chargés de cours », a déclaré M. Mailloux.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Plus d'articles