Retour

Les chauffeurs d'OC Transpo, cibles fréquentes d'agressions

La violence physique et verbale fait partie du quotidien pour bon nombre de chauffeurs d'autobus d'OC Transpo à Ottawa. En 2015, 85 agressions, menaces et crachats sur des conducteurs ont été rapportées, selon des documents obtenus par CBC à la suite d'une demande d'accès à l'information.

Cela représente un événement tous les quatre jours.

Selon Theresa Lewis, chauffeuse depuis près de 10 ans chez OC Transpo, les insultes et les menaces sont devenues chose commune à bord des autobus. Elle raconte avoir été la cible de menaces de mort, en plus d'avoir été traitée de tous les noms au cours de ses années de service.

« C'est fondamentalement dangereux [traduction libre] », estime-t-elle. La chauffeuse craint que la société de transport n'attende qu'un drame survienne avant d'agir.

La violence est tellement omniprésente que le syndicat des chauffeurs réclame de nouvelles mesures pour y faire face. « Personne ne mérite de venir au travail et d'être victime d'agression », soutient le président du Syndicat uni du transport, section locale 279, Clint Crabtree.

L'an dernier, 29 agressions physiques sur des chauffeurs ont été répertoriées, ce qui représente 34 % de toutes les agressions.

Par exemple, un chauffeur s'est retrouvé à l'hôpital après avoir été frappé par un passager qu'il tentait de réveiller près du boulevard Saint-Laurent.

Trente-trois événements impliquant des menaces verbales ont aussi été recensés en 2015.

Des balles de neige, de la bière et du café figurent aussi parmi les substances qui ont été lancées sur des chauffeurs alors qu'ils étaient au volant, selon les documents obtenus par CBC.

La cible de crachats

Des incidents au cours desquels un passager crache sur un chauffeur sont rapportés deux fois par mois en moyenne (pour un total de 23 incidents l'an dernier). Les raisons invoquées par les malfaiteurs sont variables, passant d'un retard, d'un freinage abrupt et allant jusqu'aux problèmes avec la carte Presto.

Il y a un an, le syndicat des chauffeurs dit avoir demandé davantage d'interventions des constables spéciaux d'OC Transpo à bord d'autobus afin de réduire la violence. S'il a remarqué des changements au début, Clint Crabtree estime que les efforts ont depuis faibli.

OC Transpo affirme vouloir augmenter les effectifs de sa patrouille de constables spéciaux à pied, qui est en fonction de mai à octobre. Le chef des constables spéciaux, Jim Babe, explique d'ailleurs que la société de transport en est encore à évaluer les chiffres.

M. Babe ajoute que les autobus sont équipés d'une alarme d'urgence et rappelle qu'une consultation publique est en cours pour tripler les caméras de sécurités dans les autobus et aux stations.

Les cloisons de type Plexiglas comme solution ?

Certains chauffeurs d'autobus estiment que l'installation d'un écran de protection de type Plexiglas pour les protéger des passagers violents représente une bonne solution.

Selon le président du Syndicat uni du transport, section locale 279, le défi de cette proposition est le coût. « Mais nous ne pouvons mettre un prix sur la sécurité [traduction libre] », précise-t-il.

OC Transpo s'était déjà penché sur la possibilité d'installer de tels écrans de protection en 2010, mais avait abonné l'idée en raison des coûts. La société de transport avait évalué qu'il en coûterait 2,6 millions de dollars, excluant les frais d'installation, afin de doter toute sa flotte de ces écrans.

John Manconi, directeur général d'OC Transpo, estime par ailleurs que l'efficacité de ces mesures a ses limites. Il cite en exemple un vieux modèle qui comportait des espaces qui permettaient notamment à des malfaiteurs d'insérer des pétards dans le compartiment du chauffeur.

M. Manconi ajoute que certaines sociétés de transport ont de la difficulté à s'assurer que tous leurs chauffeurs utilisent le système.

OC Transpo mise plutôt sur les caméras de surveillance et les programmes de formation pour les chauffeurs et les passagers afin de contrer la violence, précise le directeur général.

D'après CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine