Retour

Les chauffeurs de taxi en Outaouais dénoncent l'entente entre Uber et Québec

Comme à Montréal et à Québec, les chauffeurs de taxi de l'Outaouais sont en colère. Le gouvernement provincial a conclu une entente avec la multinationale Uber, l'autorisant à poursuivre ses activités au Québec, à certaines conditions.

Les chauffeurs d'Uber devront, par exemple, faire inspecter leur véhicule et leurs antécédents judiciaires seront vérifiés.

Ils ne seront toutefois pas tenus d'acheter des permis pour exploiter un taxi, comme c'est le cas pour les chauffeurs propriétaires, mais ils verseront en contrepartie une redevance - qui serait de 0,90 $ à1 $ par course - dans un fonds voué à l'amélioration de l'industrie du taxi.

Cette disposition révolte certains chauffeurs de taxi, qui ont déboursé plus de 100 000 $ pour acquérir un permis.

Georges Nohra est le propriétaire de Allô Taxi dans le secteur d'Aylmer. Il estime que ce projet pilote est un coup dur pour la profession.

Les chauffeurs de taxi traditionnels à Gatineau ne comprennent pas pourquoi les conducteurs d'Uber ne sont pas assujettis aux mêmes règles qu'eux.

Réactions dans la rue

Certains citoyens approuvent, d'autres dénoncent la décision de Québec de permettre à Uber de fonctionner sous certaines conditions.

Des propriétaires de taxi laissent entendre qu'ils ne s'arrêteront pas là et qu'ils pourraient entreprendre des actions pour faire part de leur mécontentement.

D'après les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires