Retour

Les coûts insoupçonnés du cannabis légal à Ottawa

La Ville d'Ottawa prévoit que l'application de la future loi fédérale et de la réglementation provinciale sur la consommation de cannabis à des fins récréatives, devrait lui coûter au moins 8 millions de dollars.

Un texte de Stéphane Leclerc

Et dire que la légalisation de la marijuana devait justement diminuer les coûts de la lutte au crime lié à ce commerce illicite.

Des coûts plus élevés pour la police

Le Service de police d'Ottawa estime qu'il aura besoin de 6,2 millions de dollars supplémentaires pour faire face au nouveau cadre législatif et réglementaire sur le cannabis. Cela représente les trois quarts des besoins estimés par la Ville.

« Il faut une formation agressive pour nos agents pour les éduquer, il faut acheter l'équipement aussi, pour s'assurer qu'il y a de l'équipement pour nos agents, c'est ces deux aspects-là, vraiment qui vont avoir un impact », explique le chef du Service de police d'Ottawa, Charles Bordeleau.

L'étude de la Police régionale de York

La police d'Ottawa base son évaluation des coûts sur celle présentée l'automne dernier par la Police régionale de York, dans la grande région de Toronto.

La population de cette ville tourne autour du million d'habitants, puis sa superficie est importante, tout comme à Ottawa. La principale différence est qu'Ottawa comprend un centre-ville plus densément peuplé et moins de banlieues.

L'étude de la Police régionale de York est très précise dans l'évaluation des impacts financiers de la légalisation du cannabis sur ses activités. Elle est basée également sur d'autres juridictions où le cannabis est légal, comme dans les états du Colorado et de Washington aux États-Unis.

Ainsi, on note plus de consommation, plus d'infractions au Code de la route et le crime organisé toujours aussi présent. Ce sont là les principales conclusions de l'étude de la Police de York.

Ainsi, les coûts devraient augmenter à 6,4 millions de dollars en 2019, puis à 8,6 millions en 2020, pour une moyenne annuelle de 6,9 millions de dollars dans la région de Toronto. La police d'Ottawa, en transposant l'étude à l'échelle de la capitale, estime ses coûts à 6,2 millions de dollars pour la première année. La facture devrait augmenter au fil des ans, si l'on se fie à l'étude de la Police de York.

Des inconnus encore

Le Chef de la police d'Ottawa souligne que le Service n'est pas prêt pour une entrée en vigueur de la loi dès cet été. La province n'a pas choisi l'équipement qui servira à évaluer le niveau d'intoxication des conducteurs sur la route. Les formations, dont celle sur la reconnaissance des drogues qui se donne en Floride, ne sont ni organisées ni réalisées.

Puis, il reste encore des détails à régler dans la réglementation et la loi, selon le chef de police Bordeleau.

« Il y a aussi une partie dans la loi où l'agence policière doit garder les preuves, comme la marijuana qu'on a saisie, les plantes. Donc ça si c'est la loi finale, ça va être un gros impact vis-à-vis ce que nous allons faire, pour nous assurer que les preuves sont gardées », affirme M. Bordeleau.

L'impact sur la Santé publique

Santé publique Ottawa s'attend aussi à une augmentation de la consommation de cannabis dès qu'elle deviendra légale.

Cela risque d'amener plus de problèmes de santé. Déjà, l'agence note une augmentation considérable du nombre de consultations à l'urgence en raison de troubles de santé mentale ou d'effets aigus attribuables au cannabis.

Selon ses propres études, près de 40 % des élèves de 11e et 12e à Ottawa ont consommé du cannabis au cours de la dernière année.

Santé publique Ottawa veut développer des campagnes de sensibilisation et d'intervention pour prévenir la consommation de cette drogue chez les mineurs principalement, et aussi chez les femmes enceintes.

Plus d'articles