Retour

Les demandeurs d'asile ne seront que de passage à Cornwall

Les demandeurs d'asile qui seront hébergés au Centre Nav, à Cornwall, ne resteront sur place que quelques jours. C'est ce qu'on a pu apprendre, lundi soir, lors d'une réunion spéciale du conseil municipal.

Des représentants de l'Agence des services frontaliers du Canada, de Citoyenneté et Immigration Canada, et du ministère de la Sécurité communautaire de l'Ontario ont participé à la rencontre, qui avait été convoquée d'urgence à la suite de l'ouverture, au cours des derniers jours, du centre d'hébergement temporaire pour les demandeurs d'asile.

L'objectif de la rencontre était de répondre aux questions des élus et des citoyens. Quelques centaines de demandeurs d'asile ont déjà été emmenés à Cornwall dans des autobus du gouvernement fédéral depuis le Québec.

Les résidents ont pu apprendre que ces migrants resteraient au Centre Nav ou dans le camp adjacent pendant une ou deux semaines chacun, le temps de remplir les documents pour leur demande d'asile. Ils devraient ensuite retourner au Québec.

Il est prévu que le centre d'accueil sera en place pendant environ deux mois. En plus des chambres à l'intérieur du Centre Nav, les Forces canadiennes ont installé 50 tentes sur un terrain adjacent, lesquelles peuvent accueillir un total de 500 personnes.

L'agent Daniel Cloutier, un porte-parole de la police de Cornwall, a affirmé que près de 300 Haïtiens sont arrivés récemment dans la municipalité. Il n'y a eu aucun problème jusqu'à maintenant et il ne devrait pas y en avoir à l'avenir, a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, la conseillère municipale Bernadette Clément avait souligné qu'environ 20 % des demandeurs d'asile sont des enfants. Les besoins de ces derniers, notamment en ce qui a trait à l'éducation, restent à définir.

« Ils sont bien logés et bien nourris. Ils sont fatigués et ils ont besoin d'information. Ils sont inquiets de ce qui va arriver à leurs enfants. Ils sont inquiets du processus d'application », a indiqué la conseillère.

Mme Clément espère que le gouvernement fédéral accordera une compensation financière à sa Municipalité pour les efforts qu'elle fournit dans ce dossier.

Environ 3800 demandeurs d'asile sont arrivés au Québec dans les deux premières semaines du mois d'août, en plus des quelque 2996 autres qui avaient fait la même traversée en juillet.

Ces personnes sont principalement d'origine haïtienne. Celles-ci semblent craindre que l'administration de Donald Trump aux États-Unis mette fin à un statut de protection temporaire obtenu dans la foulée du tremblement de terre de 2010.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine