Retour

Les deux conseillères exclues de Lac-Simon feront appel

Deux conseillères de la petite municipalité de Lac-Simon qui ne peuvent plus prendre part aux comités pléniers feront appel aux tribunaux pour réintégrer leurs fonctions.

Le maire, Jacques Maillé, reprocherait à Odette Hébert et Chantal Crête d'avoir été déloyales envers le conseil municipal en collaborant à un reportage portant sur le domaine des Pères de Sainte-Croix.

En guise de représailles, les deux femmes ont ainsi été bannies des séances plénières dès le 3 octobre 2014. Depuis, elles disent vivre beaucoup de détresse psychologique.

Odette Hébert et Chantal Crête ne comptent toutefois pas en rester là. Elles déposeront, d'ici la fin du mois, une injonction pour réintégrer les séances plénières du conseil municipal.

L'injonction exigera qu'elles aient accès à la même documentation que les autres élus pour se préparer aux rencontres du conseil et aux votes. Les conseillères doivent, depuis deux ans, faire des demandes d'accès à l'information pour consulter cette documentation leur permettant d'accomplir leurs tâches.

Leur avocat, Jean-Carol Boucher, a déclaré être prêt à aller jusqu'au bout de cette affaire. Il s'agit d'une question de démocratie, a-t-il dit au nom de ses deux clientes.

Exemples de séances houleuses

Une prise de bec entre un maire et ses conseillers, des motions de blâme, des séances à huis clos improvisées, des exclusions du conseil... La municipalité de Lac-Simon n'est pas la première - et sûrement pas la dernière - à connaître des séances de conseil municipal houleuses. Des chicanes entre les maires et leurs conseillers ne datent pas d'hier, même si toutes n'aboutissent pas devant les tribunaux. En voici quelques exemples :

Avec les informations des journalistes Estelle Côté-Sroka et Angie Bonenfant

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine