Retour

Les employés de soutien de l’Université Carleton poursuivent leur débrayage

Des centaines d'employés de soutien de l'Université Carleton à Ottawa ont tenu, jeudi, une quatrième journée de grève.

En matinée, les grévistes ont de nouveau perturbé la circulation aux abords du campus.

« Nous comprenons que c’est un inconvénient pour les gens […] Mais la plupart d’entre eux comprennent qu’il s’agit d’un enjeu important pour nous », a souligné Jerrett Clark, le président de la section locale 2424 du Syndicat canadien de la fonction publique.

En grève depuis lundi, le syndicat représente quelque 850 employés des secteurs administratif et technique de l’établissement. Les prestations de retraite constituent le principal point d'achoppement entre les syndiqués et leur employeur.

« Nous restons forts. Mais le travail me manque. […] Mais nous sommes ici pour défendre notre pension », souligne Patricia Saravesi, une syndiquée de la Faculté des arts et des Sciences sociales, qui craint que le conflit se poursuive pendant plusieurs semaines.

Dans un message adressé mardi aux syndiqués, le président par intérim de l’Université Carleton, Alastair Summerlee, a assuré que l’établissement n’avait aucune intention de passer à un régime de retraite à cotisation déterminée.

L’Université demeure ouverte malgré le débrayage et les cours doivent avoir lieu comme prévu.

La convention collective des syndiqués est échue depuis le 30 juin 2017. La grève a été déclenchée à la suite de la tenue de 19 séances de négociation.

Avec les informations de Christian Milette

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine