Retour

Les enseignants du Cégep de l'Outaouais haussent le ton

Les quelque 400 membres du corps professoral du Cégep de l'Outaouais ont cessé de participer à tous les comités avec lesquels ils ont des discussions avec l'administration, lundi.

Les enseignants vont se contenter d'enseigner et corriger les travaux, sans plus. Déjà la semaine dernière, ils ont boycotté la journée d'accueil pour les nouveaux étudiants.

« On boycotte au-delà d'une vingtaine d'activités administratives comme les journées avec les partenaires », explique le président du Syndicat des enseignants et enseignantes du Cégep de l'Outaouais, Jean-François Gaudrault.

Dégradation des conditions de travail

Le syndicat dénonce essentiellement deux choses en prenant ces mesures, dont les compressions subséquentes imposées par le ministère de l'Éducation au Cégep de l'Outaouais.

Les membres se plaignent aussi de ce qu'ils décrivent comme une dégradation de leurs conditions de travail, un alourdissement de leur tâche sans que les salaires suivent.

Le directeur général du Cégep, Frédéric Poulin, ne croit pas que ces moyens de pression auront des conséquences significatives pour le moment, mais  les choses pourraient changer rapidement.

« À court terme, l'impact devrait être relativement minime, explique le directeur. Cependant, si le conflit perdurait dans le temps, oui ça aura un impact. »

Pour l'heure, s'il n'y a pas trop de répercussions sur les étudiants, les enseignants comptent toutefois hausser le ton.

D'ailleurs, ils voteront pour obtenir un mandat de grève le 9 septembre prochain.

D'après un reportage de Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Commentaires