Retour

Les fonctionnaires fédéraux votent en faveur de nouvelles conventions collectives

Près de 100 000 fonctionnaires, membres de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), ont majoritairement voté en faveur des nouvelles conventions collectives négociées avec le Conseil du Trésor.

Le syndicat, qui en a fait l'annonce vendredi, se targue de n'avoir pas fait de concession importante.

« La plus grande nouvelle pour nous, pour nos membres, c'est le fait qu'on n'a pas eu de concessions, on n'a pas eu de clause de la convention collective [...] et surtout ce que ça veut dire au niveau des congés de maladie - c'était notre cheval de bataille -, c'était vraiment la ligne qu'on ne pouvait pas traverser et cette ligne-là a été respectée », a réagi le vice-président régional de l'AFPC, Larry Rousseau, en entrevue téléphonique avec Radio-Canada.

« Je suis fière de la tâche abattue par nos équipes de négociation au cours des deux dernières années », a fait savoir pour sa part la présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson, dans un communiqué.

Les quatre unités de négociations (services des programmes et de l’administration, services techniques, services d’exploitation et enseignement et bibliothéconomie) ont entre autres obtenu des gains sur les congés de maladie, la mise sur pied d'un comité chargé d’examiner les besoins en matière de garde d’enfants et le réaménagement des effectifs.

Des augmentations de 1,25 % par année

Les conventions collectives d’une durée de quatre ans prévoient aussi des augmentations salariales annuelles de 1,25 % chaque année et des rajustements salariaux selon l'unité de négociation et la classification.

Certains fonctionnaires rencontrés par Radio-Canada vendredi se sont dits satisfaits de l'aboutissement des négociations.

« Je pense que c'est suffisant. Ça a été approuvé par les membres, donc je pense que c'est bien », a commenté un évaluateur pour la Défense nationale, Harold Anderson.

Toutefois, pour M. Rousseau, le travail de l'AFPC est loin d'être terminé. « Je ne peux pas dire que je suis optimiste suite à ce que j'ai vu et vécu à la table des négociations. Il va falloir un réel changement de la part du gouvernement », a-t-il prévenu.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires