Retour

Les Gatinois de l'est de la ville invités à économiser l'eau potable

La Ville de Gatineau demande aux résidents des secteurs de Buckingham et de Masson-Angers de réduire leur consommation d'eau potable, afin de limiter les répercussions de la fermeture de la station de pompage d'eaux usées du Quai pendant les prochaines 48 heures.

Cette fermeture, qui commence lundi et se poursuit jusqu'à mercredi, permet d'effectuer des travaux d'urgence et force la Ville à déverser jusqu'à 20 millions de litres d'eaux usées dans la rivière du Lièvre.

L'eau du service d'aqueduc dans les deux secteurs restera potable pendant la durée des travaux, puisqu'elle est puisée en amont des déversements.

Une bonne collaboration

Jusqu'à présent, le déversement se déroule sans problème, selon la Municipalité. Les résidents du secteur semblent collaborer.

« La compagnie qui est là pour ramasser les "flottants" dans les barrages qu'on a mis, il n'y en a pas », rapporte Chantal Marcotte, directrice du Service de l'environnement à la Ville de Gatineau. « Probablement que les gens font très attention à ce qu'ils envoient dans les égouts. On voit une belle collaboration. »

Un premier bilan sera effectué mardi matin. On connaîtra alors l'ampleur du déversement et si l'horaire est respecté.

« On ne veut pas poursuivre plus de 48 heures. Notre objectif, c'est diminuer sous 48 heures. S'il y a des pépins, il y a plein de monde qui travaille sur ce dossier-là cette semaine. On est capables d'aller chercher de l'aide au besoin », précise Mme Marcotte.

De son côté, l'organisme Sentinelle Outaouais se rendra également sur le terrain mardi matin. Les représentants prendront notamment des photographies et des échantillons d'eau de la rivière du Lièvre et de la rivière des Outaouais, afin d'évaluer l'effet du déversement.

Un avis préventif pour certaines rues

Un avis préventif de faire bouillir l'eau est toutefois en vigueur pour les résidents des chemins du Quai, de la Rive, du Fer-à-Cheval ainsi que des rues Gabriel-Constantineau et Victor-Charlebois, qui ont une prise d'eau dans la rivière des Outaouais ou la rivière du Lièvre.

« Comme notre déversement est en amont d'où ils pourraient puiser leur eau, de façon préventive, on leur a demandé de faire bouillir leur eau », précise Chantal Marcotte, directrice du Service de l'environnement à la Ville de Gatineau.

Les citoyens dont l'eau provient d'un puits artésien n'ont pas à se soucier de cette mesure.

Plus d'articles