Retour

Les Gatinois invités à s'exprimer sur les travaux de revitalisation du boulevard Saint-Joseph

L'avenir du boulevard Saint-Joseph, à Gatineau, commence à se dessiner. Les citoyens et les gens d'affaires seront invités à s'exprimer sur la revitalisation du boulevard lors d'une rencontre publique qui aura lieu lundi soir au Centre communautaire Yvon-A.-Grégoire.

La Ville investira 59 millions de dollars pour la restructuration d'un tronçon de 2,74 kilomètres entre les boulevards Alexandre-Taché et Saint-Raymond. La Ville amorcera le grand chantier l'an prochain.

« On a deux ans de retard, mais on va prendre le temps de bien faire les choses, je pense qu'on va être fier d'avoir un boulevard Saint-Joseph qui va répondre aux attentes des citoyens et des citoyennes », a affirmé la conseillère du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond, Louise Boudrias.

Et les attentes sont grandes. Selon Pierre-André Laporte et Marielle Mermier, qui résident sur cette artère importante du secteur Hull depuis plus de 20 ans, leur rue s'est grandement détériorée au fil des ans.

« Ce n'est pas très attirant de venir sur Saint-Joseph et c'est encore moins attirant quand vous y vivez », a constaté M. Laporte.

Pour Mme Mermier, qui est non-voyante, le boulevard Saint-Joseph est un réel danger avec ses nombreux nids-de-poule.

« J'ai mis le pied en bas du trottoir, mon pied est rentré dans un trou, j'ai piqué du nez, puis je suis tombée évidemment sur les deux genoux et j'ai déchiré mon pantalon », a-t-elle déclaré.

Un casse-tête à prévoir pour les commerçants?

Les travaux, qui devraient prendre fin en 2022, risquent d'importuner les commerçants. Selon le président de Vision centre-ville, ils seront plus d'une centaine à être touchée par les travaux.

« Parfois, ça peut rendre difficile l'accès à un commerce et c'est ça qu'on doit à tout prix protéger », a dit Stefan Psenak.

Mme Mermier, quant à elle, s'inquiète de voir ses déplacements perturbés, mais surtout de voir ses commerces de proximité fermés, subissant les contrecoups des travaux. Malgré ces risques, elle croit qu'on doit tout de même aller de l'avant avec les travaux.

« Ce n’est pas nécessaire, c'est indispensable. Pour les personnes du troisième âge et pour les personnes handicapées visuelles ou physiques », a-t-elle affirmé.

Lundi soir, Mme Mermier sera présente à la consultation pour faire valoir sa situation.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Plus d'articles