Retour

Les interdits de baignade à Ottawa ont doublé en deux ans

Les semaines pluvieuses et les inondations dans la région ont nui aux baigneurs qui voulaient profiter des plages cet été, à Ottawa.

Il y a eu plus d’avis interdisant la baignade cette année que lors des deux derniers étés, selon Santé publique Ottawa.

L’organisme municipal a émis 64 avis pour interdire la baignade sur l’une ou l’autre de ses plages cette année, doublant ainsi les 30 de l’année 2015. L’an dernier, Santé publique Ottawa avait empêché la baignade à 48 reprises.

Un avis interdisant la baignade est émis chaque fois qu’une analyse d’eau indique la présence de plus de 200 bactéries Ecolis par 100 ml d’eau. Santé publique Ottawa prélève quotidiennement des échantillons d’eau pour les plages de Britannia, de la baie Mooney’s, de Westboro et des deux plages de l’île Pétrie. L’analyse des résultats prend entre 18 à 24 heures.

« Quand un avis de baignade interdite est en vigueur, les baigneurs devraient s’abstenir d’aller dans l’eau, car ils risquent d’attraper une infection de la peau, des oreilles ou de la gorge, et même une maladie gastro-intestinale », peut-on lire sur le site de la Ville d’Ottawa.

Meredith Brown, une ingénieure environnementale et membre du groupe Sentinelle de la rivière des Outaouais, n’est pas surprise par le nombre élevé d’interdictions émises cette année.

« Ces résultats de qualité de l’eau sont liés aux précipitations. Et comme la plupart des gens le savent, nous avons eu des quantités record de précipitations au printemps. Malheureusement, cela signifie que plus de pollution se retrouve dans la rivière », a-t-elle dit en entrevue à CBC.

Une campagne pour des avertissements en temps réel

Les résultats publiés par Santé publique Ottawa sont toujours une journée en retard.

Le groupe Sentinelle de la rivière des Outaouais a lancé, plus tôt cet été, une campagne pour que les Villes d’Ottawa et de Gatineau avertissent leurs citoyens en temps réel lorsqu’elles déversent des eaux usées dans la rivière. Kingston et Sudbury, en Ontario, ont déjà de tels systèmes en place.

« Nous voulons que les gens sachent où ça se passe et quand ça se passe », a affirmé Mme Brown, en ajoutant que si les gens avaient cette information, ils voudraient que la Municipalité trouve une solution.

Dans le cadre de son plan d’action pour la rivière des Outaouais, la Ville d’Ottawa construit un tunnel combiné de stockage des eaux usées pour empêcher les eaux non traitées de s’écouler vers le plan d’eau. Le projet est évalué à un peu plus de 232 millions de dollars. Il devrait être achevé en 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine