Retour

Les nouvelles mesures provinciales d'aide aux sinistrés bien accueillies à Gatineau

Les ressources supplémentaires que le gouvernement du Québec déploiera dans les municipalités durement touchées par les inondations printanières reçoivent un accueil favorable à Gatineau. Les mesures annoncées, mardi, par le ministre de la Sécurité publique devraient accélérer le traitement des dossiers de réclamation des sinistrés.

Le ministre Martin Coiteux a reconnu que son gouvernement « peut faire mieux ». Parmi les mesures qu'il mettra de l'avant, citons des rencontres personnalisées avec les sinistrées et un accompagnement accru des municipalités.

La conseillère municipale Myriam Nadeau, qui représente le district de Pointe-Gatineau, durement touché par la crue printanière, s'est réjouie de l'annonce du ministre Coiteux.

« Le temps froid s'en vient et c'est important que ces gens-là sachent où ils se situent, puis quelles options s'offrent à eux, avec un dossier complet, dont ils comprennent les tenants et les aboutissants », a-t-elle souligné.

Richard Bertrand, un résident de la rue Riviera, souhaite que cette aide supplémentaire soit la bonne pour comprendre comment s'en sortir. Ses travaux de rénovation sont au point mort, alors que son sous-sol a été entièrement détruit à la suite des inondations.

« On n’a pas le choix d'attendre », a-t-il souligné. « On n’a pas de réponses. On n’a rien. »

Aider les sinistrés toujours à l'hôtel

Le ministère de la Sécurité publique va également augmenter les services aux sinistrés qui vivent toujours dans des hôtels, quatre mois après la crue historique.

Pour certains sinistrés, il est minuit moins une. C'est notamment le cas de Patrick Dawson, un sinistré de la rue Glaude qui habite encore à l'hôtel.

« Après quatre mois, il était temps », a-t-il dit. « L'hiver approche. Il y a encore beaucoup de gens, comme nous, qui sont à l'hôtel, puis on a hâte que ce soit fini. »M. Dawson a ajouté qu'il a de la difficulté à obtenir des réponses.

Des sinistrés exaspérés

Dimanche, des dizaines de sinistrés ont marché dans les rues de Montréal pour dénoncer la lourdeur administrative et le peu de réponses reçues de la part des autorités.

À Gatineau, alors que des centaines de résidences ont été touchées par les inondations, seulement une centaine de permis de construction ou de rénovation ont été octroyés depuis mai dernier.

À l'approche de la saison froide, plusieurs propriétaires s'inquiètent de manquer de temps pour effectuer les travaux essentiels à la préservation de leur maison.

Avec les informations du journaliste Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Commentaires