Retour

Les oeuvres de photographes iraniennes et du monde arabe au Musée canadien de la guerre

Au moment même où le décret du président américain Donald Trump sur l'immigration entre en vigueur, une exposition de 85 photographies prises par des femmes photographes de l'Iran et du monde arabe prend l'affiche au Canada.

Un texte de Kevin Sweet

La tournée Celle qui raconte une histoire s’arrête au Musée canadien de la guerre d’Ottawa, après avoir visité d’autres grandes villes du monde, dont Paris.

Au-delà des préjugés

L’exposition, organisée par le Musée des beaux-arts de Boston, s’avère une occasion d’aller au-delà des préjugés d’une culture souvent incomprise.

« J’espère qu’une exposition comme celle-ci va montrer aux femmes de l’Occident qu’elles ont beaucoup de points en commun avec les femmes au Moyen-Orient », dit Lalla Essaydi, une photographe d’origine marocaine.

L’artiste propose un énorme triptyque à l’entrée de l’exposition qui s’intitule Bullets Revisited #3, créé à partir de cartouches de balles.

« Cette photo fait partie d’une série que j’ai commencée il y a quelques années. J’ai réalisé la mise en scène de ces images en collaboration avec les femmes qui ont accepté de se faire photographier », explique Lalla Essaydi.

« On se rencontre entre femmes pour parler de notre situation au sein de notre culture et on se demande comment on peut l’améliorer. Avec mes photos, j’espère créer de nouveaux souvenirs pour la jeune génération », poursuit la Marocaine d’origine.

Une exposition en trois temps

L’exposition est présentée en trois parties : Déconstruire l’orientalisme, Nouveau documentaire et Construction des identités.

Les photos varient de l’abstrait au photojournalisme, mais toutes témoignent du paysage social et politique actuel du Moyen-Orient, notamment des images du Printemps arabe.

D’ailleurs, Kristen Gresh, la commissaire des photographies au Musée des beaux-arts de Boston, a eu l’idée de cette exposition alors qu’elle était au Caire en Égypte en décembre 2010.

« Des moments tumultueux comme ceux-là peuvent contribuer à la production artistique en trouvant des moyens différents de s’exprimer », soutient Kristen Gresh.

Elle a parcouru différentes galeries en Égypte pour trouver les photos qui sont rassemblées dans l’exposition. Elle est aussi allée à la rencontre de chacune des artistes retenues.

« Je trouve que c’est bien de présenter cette exposition au Musée canadien de la guerre, parce que les photos montrent toute la complexité de la guerre. On a des a priori, mais il faut réfléchir sur l’Iran du point de vue artistique et culturel », dit Kristen Gresh.

« Il faut changer les perspectives », conclut-elle.

L’exposition Celle qui raconte une histoire est à l’affiche jusqu’au 4 mars 2018. Elle est présentée dans la galerie Lieutenant-colonel-John-McCrae au Musée canadien de la guerre à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine