Retour

Les parents d'Amanda Trottier espèrent que ses meurtriers seront punis sévèrement

Les parents d'Amanda Trottier, retrouvée morte en compagnie de son ami de coeur, Travis Vautour, dans une résidence du secteur d'Aylmer, en janvier 2014, espèrent que les accusés, s'ils sont reconnus coupables, seront punis sévèrement.

« Ils peuvent pourrir en enfer. C'est tout ce dont je me soucie! », a lancé le père de la jeune fille, la gorge nouée par l'émotion.

Claude Trottier et Victoria Lebrasseur se sont vidés le coeur au cours d'une entrevue exclusive accordée à CBC et à Radio-Canada. « Je ne souhaite pas ça à mon pire ennemi », a dit M. Trottier. « Aucun père ne devrait passer au travers de ce que j'ai vécu. »

Les parents attendent le procès des accusés avec impatience, surtout le moment où ils pourront s'adresser directement aux auteurs présumés du double meurtre. La mère d'Amanda a jeté sur papier tout ce qu'elle compte leur dire.

« Ils nous ont arraché notre fille. Elle ne pourra plus être avec nous autres. On ne peut plus entendre sa voix, on ne peut plus la caresser, on ne peut plus passer des Noël et des fêtes avec elle. Jamais, jamais! », a-t-elle déclaré les larmes aux yeux.

« On ne pourra pas voir Amanda se marier. Elle ne pourra pas voir sa fille se marier ou ses petits-enfants. C'était une bonne fille, une bonne mère, une bonne soeur. C'était notre meilleure amie, on l'adorait notre fille! »

Le procès aura lieu mardi

Les deux accusés sont Sonia Vilon, une ancienne militaire, et son conjoint René Samson Vonrichter. Ils font chacun face à deux chefs d'accusations de meurtre prémidité. Ils comparaîtront au palais de justice de Gatineau, mardi. Les parents d'Amanda Trottier espèrent qu'ils plaideront coupables.

« J'espère mettre fin à tout ça et qu'il y aura assez de justice », a plaidé Mme Lebrasseur. « Mais comme je vous ai dit, il n'y aura jamais assez de justice dans mon coeur parce que je me sens comme si c'est moi qui ai une sentence à vie. »

Les deux accusés auraient été embauchés par un troisième accusé, Ronald Junior Brazeau, pour commettre les meurtres.

Circonstances difficiles

Depuis le meurtre, les parents d'Amanda Trottier disent avoir de la difficulté à trouver le sommeil. Ce sont eux qui ont retrouvé leur fille étendue dans une marée de sang le jour du meurtre.

« C'était un film d'horreur, j'ai crié, j'ai quasiment perdu connaissance », s'est rappelée la mère. « Je pensais que mon cœur allait arrêter de la voir comme ça dans du sang. On ne s'en attendait pas pantoute. »

En plus, les parents ont eu la lourde tâche d'expliquer à leur petite-fille, qui avait trois ans et demi au moment du drame, ce qui s'était passé.

« Elle sait que sa maman est partie et qu'elle ne reviendra plus jamais. Elle fait des cauchemars. Sa maman lui manque beaucoup », a relaté M. Trottier.

Les deux parents tiennent aussi à rétablir la réputation de leur fille qui a été salie dans les jours qui ont suivi le meurtre.

« On l'accusé de voler, mais elle n'avait même pas de casiers judiciaires. Elle était une bonne fille et une mère formidable », a rappelé M. Trottier. « On a dit qu'elle prenait de la drogue, mais c'est faux. »

Les parents ont hâte à la fin des procédures judiciaires. Entretemps, ils apprennent à vivre un jour à la fois.

« C'est très difficile, très dur. On s'en vient vers la fin et on sait qu'on ne reverra plus jamais Amanda, mais il faut essayer. On n'a pas le choix d'essayer et de continuer », a conclu Mme Lebrasseur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine