Retour

Les paroisses de l'Est ontarien consultent la population

Baisse constante du nombre de fidèles, difficultés à recruter de nouveaux prêtres, les paroisses catholiques francophones de l'Est ontarien s'interrogent sur leur avenir.

Six d'entre elles ont décidé de sonder la population afin de trouver des pistes de solution pour assurer la pérennité de la pratique religieuse. De St-Bernardin à Ste-Anne-de-Prescott, en passant par L'Orignal, Vankleek Hill, Chute-à-Blondeau et St-Eugène.

Ces paroisses, comme bien d'autres ailleurs au pays, font face à des défis de taille. Une réalité qui suscite de nombreuses questions, selon l'abbé Gilles Marcil.

Fidèles et non-pratiquants pourront contribuer au dialogue, soit en participant à l'une des six rencontres publiques tenues entre le 20 octobre et le 3 novembre ou en remplissant un sondage confidentiel en ligne.

« Est-ce que le fait d'être catholique pivote autour de la messe dominicale ou est-ce que ça pivote autour de valeurs et d'activités? », se questionne David Sherwood. « Est-ce qu'on pourrait changer le déploiement des ressources bénévoles? Ce sont des questions ouvertes. Nous n'avons pas encore les réponses. »

L'abbé Gilles Marcil espère que cet exercice permettra d'engendrer un nouveau souffle au sein des paroisses.

Selon un reportage de Denis Babin

Plus d'articles