Retour

Les petits producteurs de spiritueux de l’Ontario se disent en péril

Les microdistilleries de l'Ontario s'inquiètent d'un projet de loi qui pourrait selon elles décimer leur industrie. Le gouvernement libéral propose d'imposer une taxe de vente de 61,5 % sur les spiritueux.

Le président de l’Association des distillateurs de l’Ontario et propriétaire de la Toronto Distillery, Charles Benoit, compte fermer son commerce le 31 janvier prochain si la loi 70 est adoptée.

À l’heure actuelle, pour chaque bouteille de son gin vendu à 27 $, le gouvernement perçoit 11 $ et lui-même encaisse 10 $, ce qui est à peine suffisant pour couvrir ses coûts de production.

Nous payons les mêmes taxes que les plus grandes distilleries du monde.

Charles Benoit, président de l’Association des distillateurs de l’Ontario

Charles Benoit se bat depuis trois ans avec le gouvernement pour être taxé par litre produit. Une mesure qui a permis aux microbrasseries d'exploser en Ontario.

Les libéraux proposent cependant d'imposer une taxe de 61,5 % sur les spiritueux pour tous les producteurs, les petits comme les grands.

Mike Hook, le propriétaire de la microdistillerie Last Straw à Vaughan, compte se concentrer sur les marchés asiatiques et américains si la loi est adoptée.

Si on peut faire plus de profits en Chine, on va le faire, mais au bout du compte ça retire des produits locaux du marché ontarien.

Mike Hook, propriétaire de la distillerie Last Straw

Le projet de loi 70 doit encore passer en troisième lecture à l'Assemblée législative de l'Ontario avant d'être adopté.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine