Retour

Les plaintes pour les services en français en baisse à Ottawa, selon le maire

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, cite la baisse du nombre de plaintes sur les services en français à la Municipalité pour réitérer qu'Ottawa n'a pas besoin d'un statut officiel de ville bilingue.

En entrevue mardi soir dans les studios de Radio-Canada, il a fait référence à une étude, qui sera rendue publique prochainement, montrant que la Ville a reçu 83 plaintes sur les services en français en 2015, alors qu'elle en avait reçu 119 en 2014.

En 2014, la Ville avait plutôt enregistré une hausse des plaintes de 34 %.

Le maire a rappelé que la Municipalité fournit des services dans les deux langues officielles et a ajouté qu'elle n'a pas besoin de garantie de la province pour officialiser son statut.

« Ce n'est pas nécessaire d'avoir un autre règlement de la province de l'Ontario ou du gouvernement du Canada qui dit que la Ville est bilingue, parce que la Ville est bilingue », a soutenu le maire.

L'ACFO Ottawa croit que le maire fait fausse route

L'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO) estime plutôt qu'on ne peut juger de la validité du projet de bilinguisme uniquement par le nombre de plaintes.

Selon le vice-président de l'ACFO Ottawa, Alain Dupuis, un statut de bilinguisme officiel agirait en quelque sorte de police d'assurance pour « garantir que les générations futures puissent avoir ces mêmes droits ».

Plus d'articles