Retour

Les policiers gatinois accusés d'effectuer des visites « intrusives et intimidantes » chez les travailleuses du sexe

L'organisation POWER dénonce des pratiques du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Selon l'organisme, les policiers gatinois effectuent des visites intrusives et intimidantes chez les travailleuses du sexe.

POWER, qui défend les droits des travailleuses du sexe, dénonce les techniques utilisées par les policiers lors d'opérations effectuées en janvier 2014, en octobre 2014, ainsi qu'en juin 2015.

Selon l'organisme bénévole, les policiers s'étaient alors fait passer pour des clients. Après avoir pris rendez-vous, plusieurs policiers avaient visité l'endroit où se trouvait la travailleuse du sexe.

L'organisme soutient que cette approche viole les droits à la vie privée des travailleuses du sexe, en plus de fragiliser leur confidentialité, leur logement et leur sécurité.

La présidente du conseil d'administration de POWER, Emily Symons, ajoute que les femmes victimes de violence ou d'exploitation ne contactent pas la police, parce qu'elles n'ont pas confiance dans l'application de la loi.

POWER demande à la police de Gatineau de cesser les visites intrusives, intimidantes et sous de faux prétextes. L'organisme propose plutôt de travailler, afin de construire une relation de confiance avec les prostituées.

La police de Gatineau n'a pas encore réagi.

Plus d'articles

Commentaires