Retour

Les pompiers-araignées de Gatineau ont participé à un exercice

Des pompiers de Service de sécurité incendie de la Ville de Gatineau, qui sont spécialisés dans les sauvetages en hauteur, ont pris part à une activité de formation, ce matin, à la Maison du Citoyen.

À l'instar d'une quinzaine d'autres villes du Québec, Gatineau dispose d'une équipe de 36 pompiers-araignées, spécialisés dans les sauvetages en hauteur. Ils sont amenés à intervenir un peu partout en Outaouais.

L'an dernier, l'unité a dû intervenir à 11 reprises à Gatineau. Dans la majorité c'était pour des incidents survenus sur des chantiers de construction.

« Les gens ne font pas que des interventions sur des bâtiments, mais aussi sur des surfaces qui vont avoir 45 degrés et plus. Ça veut dire que si on est sur le bord d'une rivière, d'une falaise ou [qu'il faut] sortir des gens qui sont mal pris à la suite d'une chute ou en bordure d'un pont, l'équipe va être déplacée », précise le directeur adjoint aux opérations du Service de sécurité incendie de la Ville de Gatineau, Stéphane Lachapelle.

En plus de faire face à des conditions d'interventions variées, ces pompiers doivent en outre être capables de s'adapter à des conditions météorologiques extrêmes, dans la mesure où il leur arrive d'effectuer des sauvetages par grands froids ou lors de fortes chaleurs.

Les responsables de l'équipe sont par ailleurs obligés de s'assurer en permanence de la sécurité des sauveteurs.

Une formation exigeante

Cette unité spéciale s'entraîne deux fois par mois, pour améliorer sa rapidité d'exécution. Les membres de l'équipe doivent en outre se requalifier tous les deux ans. Ils pratiquent aussi des exercices régulièrement en caserne afin de peaufiner leur technique.

Dès l'automne, ils auront une nouvelle corde à leur arc grâce à une nouvelle formation d'intervention en espace clos, par exemple pour intervenir dans des conduites souterraines.

« Ils nous ont fait passer dans des tuyaux de 16 pouces [NDLR : 40 cm], tu es vraiment confiné. Ce qui fait que si tu as le moindrement l'effet de claustrophobie, c'est sûr qu'on l'aurait su à ce moment-là », affirme M. Lachapelle.

Selon les responsables du Service incendie, cette nouvelle formation est très populaire, ce qui devrait ajouter de l'attrait à la spécialité.

D'après des informations de Laurie Trudel et Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 métiers vraiment étranges





Rabais de la semaine