Retour

Les pompiers de Gatineau appuient massivement leur nouveau contrat de travail

Les pompiers de Gatineau ont ratifié jeudi soir l'entente de principe conclue avec la Ville de Gatineau pour le renouvellement de leur contrat de travail dans une proportion de 96 %.

C'est du jamais vu, selon le président de l'Association des pompiers et des pompières de Gatineau, Stéphane Noël, qui souhaitait un taux de 90 %.

« Mes membres m'ont fait une fleur en me donnant un appui aussi grand, je n'ai jamais vu ça », a indiqué M. Noël. « Pour moi et pour l'équipe de négociation, c'est une satisfaction qui est extrêmement grande. »

Un beau cadeau pour M. Noël, qui a annoncé qu'il s'agissait de sa dernière négociation collective.

Les quelque 270 pompiers obtiennent des hausses de salaire de 2 % par année, pour les huit ans que durera la nouvelle convention collective. Le syndicat a dû abandonner un article de l'ancien contrat pour accepter l'offre de la Ville, qui aurait pu lui permettre d'obtenir des hausses plus importantes.

Et selon Stéphane Noël, le nouveau contrat règle également « certains problèmes au niveau de la caisse de retraite, entre autres le niveau de plafonnement de la rente ».

Fonction supérieure

Le nouveau contrat de travail comporte également de nouvelles clauses qui devraient favoriser la relève et le remplacement dans des postes supérieurs.

M. Noël affirme que les nouvelles dispositions vont permettre de favoriser « la progression des pompiers dans la hiérarchie », en plus de permettre à la Ville de réduire de façon substantielle les heures supplémentaires.

« Avec ce qu'on a réglé, il devrait y avoir pas mal de gens qui vont appliquer pour les prochains processus de sélection afin d'embarquer sur une liste d'éligibilité pour les échelons supérieurs », a-t-il dit.

Le président du syndicat reconnait que la dernière période de négociation a été beaucoup plus harmonieuse que les deux précédentes, même si les discussions « ont été parfois extrêmement houleuses ».

Les élus municipaux devraient ratifier l'accord mardi. Les pompiers étaient sans contrat de travail depuis décembre 2015.

Avec les informations d'Olivier Proulx-Contré

Plus d'articles