La famille d'Abdirahman Abdi, mort au lendemain d'une intervention policière qui a fait des vagues à Ottawa, a embauché l'avocat Lawrence Greenspon pour la représenter.

L'avocat précise qu'il est toutefois trop tôt pour savoir si les proches de l'homme intenteront des poursuites. Ils attendent notamment l'issue de l'enquête menée par l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario, qui se penche sur les circonstances de la mort de l'homme.

« Si aucune accusation n'est recommandée, nous pourrions possiblement nous tourner vers une enquête du coroner. Sans enquête du coroner, nous pourrions envisager une poursuite au civil [trad. libre] », explique-t-il.

Me Greenspon précise que de trois à six mois devraient s'écouler avant que le rapport d'autopsie soit achevé.

Il précise que toute poursuite civile pourrait viser les deux policiers impliqués dans l'intervention, le chef de police Charles Bordeleau et la Commission des services policiers.

Abdirahman Abdi, 37 ans, a été arrêté par les policiers le 24 juillet dernier lors d'une intervention rue Hilda, dans le quartier Hintonburg. Il est mort le lendemain.

Selon un texte de CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine