Retour

Les professeurs de l'UQO invitent le recteur à la table de négociation

Le Syndicat des professeures et professeurs de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) demande la présence du recteur à la reprise des négociations avec la direction de l'établissement, prévue lundi.

Les professeurs sont sans contrat de travail depuis le 1er mai 2015 et en négociation depuis plus de deux ans. Une première heure de grève des membres du syndicat a eu lieu mercredi dernier.

Lors de la dernière ronde de négociation, le 15 janvier, les gens désignés par la partie patronale n'avaient pas les réponses aux questions du Syndicat, selon sa présidente Louise Briand.

« Nous avons interpellé hier [samedi] le recteur directement et personnellement pour qu'il se présente à la table de négociation afin d'en arriver à un règlement. Nous croyons qu'il est possible d'arriver à un règlement, de dénouer l'impasse dans laquelle nous nous trouvons à condition d'avoir un interlocuteur qui est capable de donner une réponse à la proposition que nous avons faite », a indiqué Mme Briand.

Lundi, le recteur a décliné l'offre, précisant qu'il entendait respecter le mandat confié au comité de négociations. « Le recteur est informé de tous les enjeux encore présents, et le comité le tient informé de tous les détails et les représentants de l’UQO à la table ont les mandats nécessaires pour mener à terme cette négociation », a souligné par courriel Gilles Mailloux, directeur des communication de l'UQO.

La différence salariale entre recteurs dénoncée

Dans une lettre envoyée à divers médias samedi soir, plusieurs syndicats de professeurs d'université au Québec ont souligné « les problèmes structurels auxquels sont confrontées toutes les constituantes du réseau de l'Université du Québec, dont l'Université du Québec en Outaouais ». Le texte soulignait la différence salariale entre les recteurs du réseau et ceux des autres universités.

Mme Briand explique que ce n'est pas son syndicat qui a entrepris la démarche, mais qu'il s'agit d'une belle coïncidence.

« Peut-être que c'est le bon moment de se rappeler que le financement doit être important pour tout le personnel, et pas seulement le recteur, pour qu'il reçoive une rémunération et des conditions de travail qui sont adéquates », a-t-elle dit.

Les professeurs de l'UQO revendiquent notamment la parité salariale avec les professeurs de l'Université du Québec à Chicoutimi.

Comparativement aux professeurs de l'Université d'Ottawa, ceux de l'UQO gagnent jusqu'à 50 000 $ de moins, selon Mme Briand.

« Ce qu'on a voulu dire, ce n'est pas qu'il faut revoir à la hausse la rémunération des recteurs dans le réseau de l'UQ, mais peut-être revoir à la baisse ceux dans les autres universités, parce que dans tous les cas, ce sont des fonds publics », a-t-elle jugé.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards