Retour

Les rails complétés, un moment historique pour le train léger

Le moment était historique et personne ne semblait vouloir le rater. De nombreux élus municipaux, provinciaux et fédéraux s'étaient donné rendez-vous à Ottawa vendredi après-midi pour compléter une étape importante du train léger : l'installation du dernier rail de la ligne de la Confédération de l'O-Train.

Un texte de Kim Vallière

« Il y avait beaucoup de fébrilité en chemin vers ici », a lancé le maire, Jim Watson, avant de prendre place dans le train. Il allait entrer dans le tunnel à bord d'un wagon pour la première fois.

Entouré de ses collègues, il a installé la dernière attache boulonnée devant les nombreux photographes qui voulaient capturer le moment, un pas de plus vers la mise en service du train léger, prévue pour le 2 novembre 2018.

« C'est un moment bien spécial pour moi et les autres élus », a lancé le magistrat de la Ville d'Ottawa, qui décrit le projet comme le plus grand chantier de construction dans la capitale depuis l'élaboration du canal Rideau.

Des représentants des gouvernements provincial et fédéral n'ont pas raté la visite de ce projet de 2,1 milliards de dollars auquel ils ont largement contribué.

« Je pense que ça symbolise la collaboration, le fait que, quand on travaille ensemble, les différents niveaux de gouvernements, on peut faire des projets gagnants pour nos communautés », a mentionné Mona Fortier, députée fédérale d'Ottawa-Vanier.

Les travailleurs du Groupe de transport Rideau (RTG) s'affairent actuellement sur les finitions architecturales des stations et sur les systèmes de sécurité, ce qui inclut l'installation des caméras et des haut-parleurs.

« On est capable de faire circuler le train de la station Blair jusqu'à la station Tunney depuis deux ou trois semaines », a expliqué Peter Larouche, directeur technique chez RTG.

Des poteaux et des sièges encore emballés par du matériel protecteur prouvent que le véhicule en est encore à ses débuts. Vendredi, la majorité des passagers y prenaient place pour la première fois.

« Ça me fait penser beaucoup, pour les gens qui ont visité Vancouver ces dernières années, au corridor de la ligne du Canada. C'est très rapide, c'est très silencieux et évidemment, c'est plus efficace que l'autobus », a indiqué le conseiller du quartier Riveau-Vanier, Mathieu Fleury, qui a multiplié les photos lors de cette sortie historique.

Le parcours entre la station Tremblay et l'arrêt effectué dans le tunnel, entre les stations uOttawa et Rideau, a pris huit minutes. Le train roulait à 35 km/h, ce qui sera sa vitesse moyenne.

Le train atteindra des pointes de 80 km/h entre les stations les plus éloignées, comme celles de Cyrville et Blair.

La conductrice Paula Smith a mené les passagers à bon port. Elle fera partie des employés d'OC Transpo qui seront aux commandes du train léger lorsqu'il sera mis en service, en novembre 2018.

Six mois de retard qui valent la peine

Les deux pieds dans le tunnel, les élus ne pensaient pas aux six mois de retard dans la livraison des infrastructures par RTG, d'abord prévue le 24  mai 2018. Des projets de cette envergure, rappellent-ils, prennent du temps et doivent être faits de la bonne façon.

« Dans tous les projets transformateurs, il y a des défis », a justifié John Manconi, directeur général d'OC Tranpo, en faisant notamment référence au trou béant sur la rue Rideau. « Je veux remercier le public qui utilise l'autobus maintenant, je veux le remercier pour sa patience avec tous les changements de trajets dans les dernières années. »

Jim Watson croit que les images de cette randonnée historique inciteront plus de résidents d'Ottawa à utiliser le nouveau moyen de transport en commun.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine