Retour

Les ratés du système de paye Phénix sont loin d'être réglés

Les 295 000 fonctionnaires obtiennent leur chèque de paye à temps. Là où le bât blesse, c'est au sujet des paiements particuliers, comme les indemnités de cessation d'emploi, les suppléments de revenu lors d'un congé de maternité ou le retour d'un employé d'un congé de longue durée.

Dans une nouvelle mise à jour sur le système de paye Phénix, mercredi, la sous-ministre de Services publics et Approvisionnement Canada, Marie Lemay, a indiqué que 18 000 cas en arriéré, qui datent d'avant la mise en oeuvre du système Phénix, n'ont toujours pas été traités.

Elle a également précisé que plus de 200 000 transactions particulières entrées dans le système Phénix après sa mise en oeuvre n'ont pas encore été traitées.

La sous-ministre a entre autres indiqué que seulement 20 à 30 % de ces transactions réussissent à être traitées dans un délai normal de 20 jours.

« La bonne nouvelle », a-t-elle souligné, « c'est que la plupart des transactions liées à la rémunération peuvent maintenant être entrées dans le système Phénix, donc leur traitement s'en trouve accéléré. »

Recours aux informaticiens fédéraux

Par ailleurs, Mme Lemay a confirmé la conclusion d'une entente avec l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) au sujet du recours aux experts informaticiens à l'emploi du gouvernement pour réparer les failles informatiques de Phénix.

Le syndicat a envoyé une note de service à ses 13 000 membres, afin de recruter des volontaires en programmation et gestion de systèmes.

« Je pense que c'est tout à fait positif. On a des gens extraordinaires et [...] en fait, c'est une fichue de bonne idée. On devrait effectivement voir si on a des gens à l'interne qui seraient intéressés à venir nous aider », a lancé Mme Lemay.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?