Retour

Les résidents du lac Simon souhaitent serrer la vis aux riverains

L'Association des propriétaires du lac Simon croit qu'il est temps de serrer la vis aux riverains qui n'en font pas assez pour protéger les berges des algues bleu-vert.

Depuis quelques années, le lac, comme plusieurs cours d'eau, connaît des épisodes de ce type d'algue.

Les propriétaires riverains du lac Simon ont troqué le bord de l'eau pour un auditorium, l'espace de quelques, heures pour la tenue de leur assemblée générale dimanche.

Ils ont fait le point sur les luttes à venir afin de préserver leur cours d'eau.

L'activité humaine contribuerait au problème.

« Y a beaucoup de personnes qui veulent avoir une belle vision sur le lac, profiter du bord de l'eau, dit Laurence Danvoye, de l'Organisme de bassins versants des rivières Rouge, Petite-Nation et Saumon. Par contre, il y a des conséquences à ça. »

Mais selon elle, certaines solutions existent.

« Il faut conscientiser les gens à avoir une bande riveraine. On parle d'un milieu conservé naturellement, donc revégétalisé, pour justement essayer de capter les sédiments et les nutriments quand ils vont venir en aval quand il y a des fortes pluies », explique Laurence Danvoye.

La sensibilisation est favorisée, mais le temps est venu pour des sanctions plus sévères croit l'Organisme.

La réglementation demeure, elle aussi, un défi. Dans bien des cas, ces lois ont été écrites à une époque où la protection des berges n'était pas une priorité.

C'est le cas pour la maison de Lise Villeneuve, membre du C. A. de l'Association des propriétaires du lac Simon.

« Moi j'ai acheté une maison sur une pointe qui date des années 60. Alors je suis presque dans l'eau. Ma maison est là, parce qu'à cette époque-là, les règles étaient de cet ordre-là... ou plutôt il n'y en avait pas », raconte-t-elle.

Lise Villeneuve s'efforce de reboiser ses berges et d'inspirer ses voisins à faire de même.

Selon un reportage de Claudine Richard

Plus d'articles

Commentaires