Retour

Les saisies de drogues ont-elles vraiment les effets voulus?

Des spécialistes avancent que la lutte contre le trafic de stupéfiants rend les consommateurs plus vulnérables. Selon eux, à chaque fois que les policiers affaiblissent le réseau d'approvisionnement en drogues, les toxicomanes doivent se tourner vers des substances manipulées, ce qui rend la consommation plus hasardeuse.

Un texte de Mathieu Simard

À la fin août, la Police provinciale de l'Ontario (PPO) a dévoilé la plus importante cargaison de cocaïne jamais confisquée de son histoire : 1062 kg de drogue pure. Une quantité dont on a évalué la valeur marchande à 250 millions de dollars.

Devrait-on cependant se réjouir de tels coups d'éclat de la police dans la lutte contre les drogues et le crime organisé? Pas selon les professionnels qui interviennent auprès des toxicomanes.

« Ça peut sembler une bonne idée que de sortir d'importantes quantités de drogues de la rue, mais en réalité, ça n'a d'effet que sur l'offre et non sur la demande », explique Nick Boyce du Ontario HIV and Substance Use Training Program.

Les intervenants communautaires s'entendent pour dire qu'en temps de rareté, les toxicomanes cherchent ailleurs, hors de leur réseau, ou se tournent vers d'autres substances.

Un impact minime

Malgré la multiplication des saisies, les corps policiers ne mettent la main que sur une faible proportion des drogues en circulation. On estime que seulement 10 à 15 % des substances destinées au marché noir sont interceptées.

Au final, les interventions policières « n'affectent pas beaucoup le marché », selon la professeure en criminologie à l'Université d'Ottawa, Line Beauchesne.

La réorganisation du réseau d'approvisionnement suivant une importante saisie peut prendre quelques jours et se prolonge parfois sur quelques semaines. Devant la diminution temporaire des quantités disponibles et la demande qui demeure soutenue, des revendeurs peuvent alors être tentés d'altérer les drogues.

« Les personnes dépendantes ne veulent pas attendre les quelques jours ou semaines que le marché se réapprovisionne. Et là les vendeurs peuvent leur proposer toutes sortes d'autres produits qui ne sont pas toujours très adéquats », indique Line Beauchesne.

Arrêter les saisies?

La solution n'est pas simple : les policiers ne font qu'appliquer les lois lorsqu'ils procèdent à des arrestations.

« Ils savent très bien, pour la plupart des policiers que je connais, qu'ils ne changent strictement rien au marché des drogues », indique Line Beauchesne. Selon elle, une réforme juridique est tout indiquée pour venir réellement en aide aux toxicomanes.

D'ailleurs, de plus en plus de voix s'élèvent maintenant pour demander la légalisation de toutes les drogues.

L'idée serait d'avoir accès à un approvisionnement stable et réglementé. Nick Boyce croit que le gouvernement pourrait encadrer la consommation comme il le fait déjà pour l'alcool, sans pour autant « faire la promotion » de l'utilisation des stupéfiants.

Avec la légalisation prochaine du cannabis au Canada, « la porte sera ouverte », selon Line Beauchesne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine