Retour

Les stationnements illégaux prolifèrent à Ottawa et Gatineau

Des stationnements illégaux poussent comme des champignons à Ottawa et Gatineau. De nombreux entrepreneurs en construction transforment leurs terrains en stationnement, sans obtenir les permis nécessaires.

Même s'il n'y plus d'activités commerciales dans l'édifice de l'ancienne SAQ Dépôt du secteur de Hull, nombreux sont les automobilistes qui s'y stationnent. Ils doivent payer 11,50 $ par jour.

Le hic, c'est que le propriétaire de ce terrain exploite le stationnement illégalement, puisqu'il n'a pas l'autorisation de la Ville de Gatineau.

« Ça nous choque un peu », a commenté Claude Royer, représentant de l'Association des résidents de l'île de Hull.

Plusieurs résidents souhaitent que cet édifice vacant soit transformé en épicerie.

Le propriétaire du bâtiment, RosDev, dit vouloir se conformer au règlement, indiquant qu'il fera la demande de permis nécessaire. Mais la Ville de Gatineau répond qu'il sera impossible d'octroyer un permis, puisque le zonage ne permet pas l'exploitation d'un stationnement.

À Ottawa, de nombreux propriétaires transforment aussi leurs terrains sans autorisation.

D'autres entrepreneurs repoussent la construction de leurs tours à condos et exploitent leurs terrains de façon temporaire, avec la permission de la Ville. Ces permis temporaires sont très souvent renouvelés.

Des parcs plutôt que des stationnements

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, veut changer les choses. Il voudrait encourager les entrepreneurs à développer des parcs plutôt que des stationnements.

« Dans une situation idéale, ça deviendrait un parc urbain, mais dans l'optique d'un stationnement en surface, ce serait un permis temporaire, mais non renouvelable », a-t-il indiqué.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine