Retour

Les syndicats d'enseignants devront finalement justifier les 2,5 M$ promis

Après une avalanche de critiques, la première ministre Kathleen Wynne annonce que son gouvernement exigera de voir une liste des dépenses encourues avant de verser 2,5 millions de dollars à trois syndicats d'enseignants relativement aux dernières négociations contractuelles.

L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) devait toucher 500 000 $, comparativement à 1 million pour la Fédération des enseignants de l'élémentaire et un autre million pour la Fédération des enseignants des écoles secondaires.

La ministre de l'Éducation, Liz Sandals, avait dit la semaine dernière que la province n'avait pas besoin de reçus, parce qu'elle savait « combien coûtent des chambres d'hôtel et 100 pizzas ».

Mme Wynne a, toutefois, surpris la législature ce matin en disant que les 2,5 millions en question n'ont pas encore été versés et que les trois syndicats devraient justifier leurs dépenses, sans prononcer le mot reçu.

Enquête de la vérificatrice?

Pour sa part, l'opposition officielle dit que la version des faits des libéraux n'arrête pas de changer. Les conservateurs demandent à la vérificatrice générale de la province d'enquêter.

La première ministre assure, elle, que l'argent promis aux syndicats ne sera pas détourné des programmes pour les élèves.

De son côté, le syndicat des écoles publiques anglaises du primaire n'a toujours pas conclu d'entente avec la province. Mme Wynne menace d'amputer le salaire des syndiqués s'ils poursuivent leur grève du zèle après le 1er novembre. Entre-temps, les négociations continuent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine