Retour

Les syndicats de l'Outaouais accueillent froidement la nouvelle offre de Québec

En Outaouais comme ailleurs au Québec, les syndicats du secteur public rejettent les dernières offres du gouvernement sur le renouvellement des conventions collectives des employés de l'État. Par conséquent, les représentants syndicaux affirment que le mouvement de grèves tournantes reprendra dès lundi prochain.

Le syndicat de l'enseignement de l'Outaouais, qui représente 5 000 enseignants de la région, qualifie de choquantes et méprisantes ces propositions gouvernementales.

Le président du syndicat, Claude Tardif, affirme que si les enseignants acceptent ces offres, ils vont se retrouver appauvris à la fin de leur contrat de travail.

« Cette comparaison et boiteuse, parce qu'on est loin de parler de cadeau avec ce que M. Coiteux nous offre présentement », ajoute Claude Tardif.

Une offre inchangée, disent les syndicats

Quant au conseil central de l'Outaouais, affilié à la CSN, il se dit déçu par les propositions salariales gouvernementales déposées vendredi matin.

Le président du conseil central, Michel Quijada, indique que les employés de l'État comptent poursuivre leurs moyens de pression, dans l'espoir de faire changer les offres gouvernementales, tout comme le syndicat de l'enseignement.

Plutôt une offre bonifiée, affirme le gouvernement

Avec son offre révisée, le gouvernement de Philippe Couillard dit mettre 1,7 milliard de dollars de plus sur la table et soutient qu'il y a « bonification de 3 % à 5,3 % de l'offre globale de rémunération ». Au seul chapitre de la relativité salariale, le gouvernement dit mettre 550 millions de dollars de plus.

En ce qui concerne le régime de retraite, le gouvernement propose notamment d'étaler jusqu'en 2019 l'augmentation de l'âge donnant droit à la retraite sans pénalité actuarielle, soit de 60 à 62 ans.

Quoi qu'il en soit, les employés de l'État n'ont pas fini de se faire entendre. Deux jours de grève du Front commun sont prévus la semaine prochaine et une rencontre doit avoir lieu lundi pour déterminer la date de la troisième et dernière journée de grève du syndicat des enseignants.

Plus d'articles

Commentaires