Retour

Les travailleurs accueillent avec satisfaction le resserrement de la loi Westray

Près de 300 personnes se sont rassemblées vendredi au parc Vincent-Massey, à Ottawa, en mémoire des travailleurs morts ou blessés en milieu de travail.

Plusieurs proches des victimes ont rendu hommage aux quelque 200 travailleurs ontariens qui ont perdu la vie, en 2016, dans l’exercice de leur fonction ou à la suite d’une maladie professionnelle.

Lors de ce rassemblement, ils étaient nombreux à se réjouir de l’annonce du gouvernement Trudeau, faite le même jour, de vouloir resserrer l’application de la loi dite Westray. Cette loi est une disposition du Code criminel qui vise, entre autres, à punir sévèrement les entreprises qui ne respectent pas leurs obligations en matière de santé et sécurité au travail.

Le père d'un jeune travailleur québécois mort tragiquement à Ottawa en 2016, dans un chantier de construction, Christian Bruneau, a accueilli favorablement l’annonce du gouvernement Trudeau dans un vibrant témoignage. Il a réclamé des amendes sévères pour les employeurs qui font preuve de négligence en milieu de travail.

Une cinquantaine de travailleurs ont aussi marqué la journée nationale du deuil en se recueillant devant le chantier du Centre national des Arts (CNA) vendredi matin.

Réactions à la loi Westray

Plusieurs syndicats ont, eux aussi, célébré l’annonce du gouvernement vendredi.

« C'est une victoire importante pour tous les travailleurs de notre pays et un hommage aux familles et aux familles de Westray d'autres travailleurs décédés dont la détermination a rendu cela possible », a déclaré, par voie de communiqué, le président du Congrès du travail du Canada (CTC), Hassan Yussuff.

Du côté du Syndicat des métallos (USW), on parle d'une grande victoire. Le directeur national des Métallos, Ken Neumann, rappelle que la lutte pour obtenir une meilleure application de la loi Westray, adoptée en 2004, a été longue et difficile.

Pour sa part, le directeur de l'Ontario et de l'Atlantique du Syndicat, Marty Warren, a affirmé que le gouvernement fédéral doit adopter des mesures appropriées pour appliquer ces dispositions du Code criminel.

« Si le gouvernement est sérieux, les ressources humaines et financières nécessaires doivent être allouées à l'éducation et à la formation des policiers et des procureurs pour obtenir réparation », a mentionné M. Warren.

Avec les informations du journaliste Gilles Taillon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine