Retour

Les travaux à l'Hôpital de Hawkesbury maintenant en retard de quinze mois

Les travaux d'agrandissement et de réaménagement de l'Hôpital général de Hawsbury (HGH) accusent un retard de quinze mois, a annoncé mercredi soir son directeur général, Marc LeBouthillier.

L'Hôpital général d'Hawkesbury a inauguré mercredi un nouvel édifice qui abritera notamment les cliniques ambulatoires, l'unité médicale de jour, les soins complexes continus et des bureaux administratifs.

Cette annonce s'est néanmoins vue assombrie par les retards considérables dans le projet d'agrandissement et de réaménagement entamé en septembre 2014 et évalué à 160 millions de dollars.

En juillet dernier, on annonçait que le projet accusait un retard moyen de huit mois, mais les responsables de l'établissement de santé croyaient que la réalisation du projet à l'intérieur du calendrier initialement établi était toujours possible.

« Pour être honnête, notre projet de construction a subi des délais assez importants. Nous avons un retard accumulé d'à peu près 15 mois », a toutefois admis M. LeBouthillier, en entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau.

« Il y a des délais au niveau du contracteur général et de sa capacité à rencontrer les échéanciers prévus dans notre planification des travaux », a-t-il expliqué, en précisant que les travaux devraient être terminés d'ici un an et demi.

La prochaine phase des travaux, qui consiste à reconstruire l’infrastructure déjà existante, s’annonce plutôt complexe. Tout ça alors que l’établissement fonctionne à « au-delà de 100 % » de sa capacité à l’heure actuelle.

« Ça va être une étape difficile, critique. [...] Les mûrs et les plafonds vont être enlevés. [...] Une fois que nous aurons réalisé tous les travaux, nous n’aurons pas deux constructions qui seront jointes, mais une seule construction intégrée. Ça va être un nouvel hôpital », considère Marc LeBoutilier.

L'agrandissement franchit une étape importante

L’HGH a d'ailleurs organisé mercredi une visite du Bloc B, une nouvelle section construite dans le cadre de son projet d’agrandissement. Le pavillon de trois étages constitue la partie la plus grande en superficie parmi les nouvelles composantes de l’HGH.

« Nous avons plus de chambres [pour les soins complexes continus]. On va avoir plus de capacité pour accueillir des patients. Ce sont, pour la majorité, des chambres privées. […] Ça fait aussi une grande différence au niveau des risques d’infection », a expliqué le médecin-chef de l’HGH, Dre Julie Maranda.

Celle-ci ajoute que la conception du Bloc B tient compte des préoccupations des patients.

« On veut vraiment que l’expérience du patient et de la famille soit non seulement de haute qualité, mais qu’elle soit aussi positive. […] On croit que les patients vont beaucoup bénéficier du design », pense le médecin-chef de l’HGH.

Avec les informations de Denis Babin et Mathieu Nadon

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards