Retour

LHJMQ : Benoît Groulx est enthousiaste en vue du repêchage de son fils Benoît-Olivier

Le repêchage de la Ligue de hockey junior majeure du Québec aura lieu samedi matin, à Charlottetown, et les partisans de hockey ont les yeux rivés sur un produit de l'Outaouais. Benoît-Olivier Groulx, attaquant de l'Intrépide de Gatineau et fils de l'ancien entraîneur des Olympiques, Benoît Groulx, est le meilleur espoir de l'encan 2016.

Un texte de Jonathan Jobin

Les deux vivent ensemble cette semaine qui sera chargée d'émotions. Pour la première fois depuis longtemps, l'entraîneur du Crunch de Syracuse assiste aux assises de la LHJMQ sans responsabilité. « Il n'y a pas que les jeunes joueurs qui sont fébriles à 24 heures du repêchage, les parents aussi le sont. Je fais partie de ces parents et j'ai hâte à samedi pour voir ce qui va se passer », lance Groulx, la voix pleine de fierté.

Depuis son arrivée à Charlottetown, il suit le parcours de son fils, sans se mêler des procédures ou de ses rencontres avec les différentes équipes. Son fils apprécié le moment qu'il passe dans les maritimes. « Depuis que je suis jeune, je rêve à l'idée de me faire repêcher junior majeur. De voir mon père qui a toujours été dans le junior, c'est sûr que ça va être un moment exceptionnel pour nous deux », affirme l'attaquant de 16 ans, tout aussi fier que son père.

Benoît Olivier a connu une très bonne saison avec l'Intrépide de Gatineau. Il a récolté 51 points en 41 matchs. On dit de lui que c'est un joueur très complet qui possède un bon coup de patin.

Ces qualités devraient faire de lui le premier choix de l'encan 2016. « Je n'ai vraiment pas d'attentes. Mon objectif c'est de jouer junior majeur. Peu importe quelle équipe me choisira, je vais être honoré et très content », soutient Benoït-Olivier Groulx, qui devrait en toute logique se retrouver avec les Mooseheads de Halifax, qui possèdent le premier choix.

L'équipe tenterait actuellement de transiger pour obtenir les deux premiers choix et mettre la main sur Groulx et le défenseur de la Nouvelle-Écosse Jared McIsaac. « Ce serait un scénario parfait », affirme le jeune homme, qui a côtoyé le défenseur avec l'équipe canadienne aux Olympiques de la jeunesse.

Après avoir suivi son père dans ses conquêtes de plusieurs Coupes du président et de la médaille d'or au Championnat du monde junior, Benoït-Olivier Groulx va maintenant écrire une nouvelle page de son histoire personnelle.

Les chemins de Groulx, père et fils, vont bientôt se séparer. Mais tous les deux reconnaissent qu'ils espèrent un jour s'affronter dans la Ligue nationale, l'un comme entraîneur, l'autre comme joueur.

Plus d'articles

Commentaires