Retour

Lien rapide vers Aylmer : Action Gatineau privilégie un train léger

Action Gatineau a lancé, lundi, son programme pour améliorer le transport en commun s'il est porté au pouvoir le 5 novembre prochain. Le parti, dirigé par le maire sortant Maxime Pedneaud-Jobin, priorise l'amélioration de la desserte vers le secteur d'Aylmer, entre autres par l'aménagement d'une ligne de train léger.

En décembre, M. Pedneaud-Jobin avait confié à Radio-Canada que la proposition du député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, d'aménager une ligne de tramway vers Aylmer était tout à fait possible. Il soutient aujourd'hui qu'un train léger ou un tramway, c'est la même chose.

M. Pedneaud reconnaît qu'il s'agit de l'option la plus coûteuse, mais il affirme que c'est celle qui rapportera le plus à long terme, puisqu'elle permettra l'arrimage entre le réseau rapide de la Société de transport de l'Outaouais (STO) et celui d'OC Transpo.

« On veut intégrer le système de transport en commun entre Ottawa et Gatineau », affirme-t-il, tout en précisant que la STO doit, d'ici deux ans, présenter une demande de financement dans le cadre de la phase 2 du plan du fédéral sur le transport en commun.

La construction d'un système de train léger dans l'ouest de Gatineau sera toutefois longue à réaliser. M. Pedneaud-Jobin mise donc sur l'amélioration de la desserte par autobus pour répondre à la demande dans ce secteur en pleine croissance démographique.

Action Gatineau compte également améliorer le service de transport en commun sur l'ensemble du territoire, entre autres dans l'est de la ville, entre les secteurs de Buckingham et de Masson-Angers. Le parti prône une éventuelle conversion du Rapibus en un système sur rail.

La question du financement

Le seul parti municipal à Gatineau affirme que la STO va être en mesure de financer une partie de l'amélioration de son réseau grâce à la hausse de l'achalandage, qui est en croissance, selon M. Pedneaud-Jobin.

Action Gatineau propose également d'augmenter la quote-part de la Ville de Gatineau à la STO de 3 millions de dollars par année.

Le maire sortant souligne que Québec devra augmenter le financement des transporteurs en réinvestissant dans leurs programmes d'amélioration de service. Pour l'instant, le gouvernement provincial n'appuie que les initiatives liées aux infrastructures.

Des appuis et de l'opposition

Le candidat à la mairie Clément Bélanger croit également que la Ville de Gatineau doit prioriser l'arrimage du réseau de transport en commun de la STO avec celui d'Ottawa et qu'il faut améliorer le service dans le secteur d'Aylmer.

Il est aussi en faveur d'une ligne de train léger qui irait d'est en ouest et soutient que ce projet pourrait être financé par Ottawa et Québec.

À l'est, il dit que ce train devrait aller jusqu'à l'aéroport exécutif d'Ottawa-Gatineau, près duquel des stationnements incitatifs pourraient être aménagés pour permettre aux citoyens vivant plus à l'est de bénéficier du lien rapide.

Par ailleurs. M. Bélanger préconise la décentralisation des édifices fédéraux du centre-ville de Gatineau vers les secteurs d'Aylmer et de Buckingham ou de Masson-Angers, afin de désengorger « nos routes et nos autobus, et [de permettre] aux gens d'avoir une meilleure qualité de vie et de pouvoir travailler dans leur quartier ».

Quant au conseiller du district de Touraine, Denis Tassé, qui brigue aussi la mairie, il craint que la Ville n'ait pas les moyens de ce payer un projet de cette envergure.

« J'ai bien hâte de voir la conclusion de l'étude qui va nous indiquer [l'analyse] coût-bénéfice entre un SRB - un système rapide par bus - et un train léger », indique-t-il.

M. Tassé estime par ailleurs que les problèmes de desserte dans l'ouest de la ville pourraient être réglés en réduisant le service dans les secteurs comportant moins d'achalandage.

La position de la STO connue sous peu

La STO s'est penchée sur les différentes options possibles de lien rapide vers Aylmer, soit par rail ou par service d'autobus.

Le rapport d'étude doit être rendu public d'ici quelques semaines.

Avec les renseignements de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires