Retour

Lueur d'espoir pour la Gatinoise hospitalisée en Grèce

La Gatinoise Mélanie Bergeron Mc Andrew, qui est hospitalisée en Grèce, où elle a été diagnostiquée du syndrome de Guillain-Barré, va bientôt recevoir un nouveau traitement, qui pourrait permettre aux autorités canadiennes de la rapatrier.

Mélanie a eu peur, très peur. « Mélanie a réellement eu peur de mourir, elle me l'a dit tantôt. Il y a un 48 heures où elle ne pensait pas s'en sortir », a rapporté Gracielle Sills, la meilleure amie de la malade de 35 ans.

Mme Sills est soulagée de lui avoir parlé dimanche, après cinq jours d'attente.

« Elle a encore des tubes dans le nez, donc ça rend le langage un peu plus difficile. Et ce qu'elle me disait, c'est qu'elle est encore paralysée de la moitié de son visage, donc ses mots sortent difficilement. Il faut vraiment être attentif et prendre le temps d'écouter », a expliqué la jeune femme.

L'état de santé de Mélanie s'améliore donc, mais pas assez pour prendre l'avion. Le traitement qu'elle reçoit depuis plus d'une semaine ne fonctionnerait plus.

Les autorités médicales lui donneront donc un traitement au plasma lundi. Selon sa meilleure amie, les médecins, la compagnie d'assurance et les autorités canadiennes espèrent pouvoir ensuite la rapatrier au Canada.

« Tant qu'elle ne peut pas s'asseoir un peu, elle ne peut pas prendre l'avion. Donc, l'objectif, c'est de tester le traitement quelques jours, pour que, d'ici de la fin de la semaine, elle soit en mesure d'avoir des résultats un peu plus positifs et peut-être s'en revenir au Québec », a exposé Mme Sills.

Mais la guérison pourrait être longue, selon le Dr Denis Hallé, neurologue à l'Hôpital de Hull.

« La plupart des gens n'auront pas de séquelles importantes. Ils peuvent avoir une sensation de fatigue à long terme, un manque d'endurance, et, évidemment, les gens qui ont une atteinte plus sévère, ceux qui ont besoin d'un respirateur, sont ceux qui vont prendre plus de temps à récupérer », a souligné le Dr Hallé.

Avec un peu de recul, Mélanie regrette d'avoir enduré la douleur trop longtemps avant d'aller à l'hôpital. Mais elle garde espoir et elle remercie tous ceux qui ont permis à sa mère de se rendre à son chevet à Athènes.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles