Retour

Lutte contre la culture du viol à l'Université d'Ottawa : la fédération étudiante veut mieux s'outiller

La lutte à la violence sexuelle a été au coeur de la réunion du conseil d'administration de la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (FÉUO), dimanche. L'association veut se doter d'un nouvel outil pour agir plus efficacement dans ce genre de situations.

Concrètement, la FÉUO souhaite ajouter à son acte constitutif un volet au sujet de la violence sexuelle sur le campus. La motion a été adoptée à l'unanimité en soirée.

« Ça va officialiser le but de la Fédération étudiante d'être un organisme qui combat activement la culture du viol et toute la violence sexuelle », explique Francesco Caruso, vice-président aux communications de la FÉUO. « C'est de nous équiper pour s'assurer qu'on soit bien en mesure de répondre à de telles situations. »

En décidant d'ajouter une clause à sa constitution, la Fédération veut non seulement soutenir la politique de l'Université d'Ottawa au sujet de la violence sexuelle, mais aussi se doter d'un outil pour mieux lutter contre ce phénomène.

« C'est du travail qu'on faisait déjà et qu'on va continuer à entamer », ajoute M. Caruso.

Les répercussions du Tour des anciens

Cette réflexion fait suite aux récents événements qui ont agité l'institution, à la suite des allégations entourant le Tour des anciens, une fête étudiante sur le campus, durant laquelle se seraient tenues des activités à caractère sexuel.

La FÉUO avait ajouté sa voix au concert de dénonciations et avait promis d'agir et de prendre au sérieux la question.

D'après les informations du journaliste Godefroy Macaire Chabi

Plus d'articles